Cet article fait suite à la présentation par Mathieu Chapon au SMX 2017 à Paris

Le nombre de recherches sur mobile a dépassé depuis 2016 les recherches sur le desktop. Google a décidé de changer les règles du jeu en SEO et de prendre la version mobile de nos sites pour le leur positionnement dans les résultats de recherche.

Evolution-mobile

Annoncé pour un lancement en milieu d’année, le moteur a encore besoin de faire des tests pour vérifier l’impact dans les résultats de recherche. Son objectif est d’éviter un trop grand bouleversement des résultats sachant qu’encore peu de sites sont mobile friendly.

Les enjeux pour Google sont de présenter des résultats adaptés aux mobiles et aux usages tout en conservant le même niveau de qualité

Par contre, cela veut dire qu’il ne reste plus que 6 mois pour s’y préparer !

Les 12 points-clés de l’index mobile

Voici ce qu’on vous recommande de faire avant la fin de l’année pour bénéficier cette mise à jour plutôt que d’en être impacté négativement :

  • Le contenu visible sur desktop doit être 100% présent sur mobile : que ce soit pour les robots ou pour les utilisateurs, les contenus des deux versions doivent être les mêmes. Les systèmes de cloaking sont bien évidemment à bannir.

Attention, si vous êtes en responsives design et que vous vous dites que votre contenu du desktop est présent dans le code source de votre version mobile, cela ne suffit pas ! Cela doit être affiché aussi pour vos utilisateurs.

  • Le contenu sur mobile peut-être masqué en partie: En effet, par la voie de Gary Illyes, nous avons appris qu’il était possible de cacher une partie du contenu : système d’onglet, roll over, technique en général avec display=none. Le seul impératif est que l’internaute doit pouvoir découvrir le contenu par un clic.
  • Les ressources ne doivent pas être bloquées aux Googlebot mobile : en effet, il est courant d’avoir des sites bloquant les fichiers JS et CSS. Cela fait quelque temps que Google nous invite à ne pas le faire. C’est encore plus important d’éviter de le faire surtout si ces fichiers statiques sont utiles à l’affichage de votre rendu mobile.
  • Le cas des sites mobiles dédiés : m.domaine.com ou mobile.domaine.com : Google vous invite à conserver le système du balisage et des canonicales (vers la version desktop) et alternates vers la version mobile ne changent pas

canonical-alternate

  • Auditer votre site mobile avec la Search Console : Inscrivez votre site mobile pour être averti des dysfonctionnements (erreurs de crawl, bot bloqué, actions manuelles, problèmes ergonomiques ou microdatas.)

ergonomie

  • Optimisez vos performances : Voici les 3 critères de votre site mobile que vous devez évaluer
    • Time to First Byte < 200ms
    • Temps de téléchargement HTML < 500ms
    • Temps de rendition < 2 secondes

Google vous met à disposition un outil pour tester votre site « Google PageSpeed Insights » https://developers.google.com/speed/pagespeed/insights/

Notons que Google juge aussi le temps que va mettre votre site mobile à faire apparaître les premiers éléments lisibles pour l’internaute.

Ex avec l’outil Dareboost https://www.dareboost.com/fr/home 

dareboost

  • Les Micro-datas sont aussi à l’honneur sur mobile (comme sur desktop) : Si vous avez omis le balisage sur mobile, alors qu’elles sont bien implémentées sur desktop, vous perdrez vos résultats enrichis dans les SERPS (résultats de recherche). Si vous êtes en version responsive, vos micro datas sont implémentés, pas besoin de faire deux fois le travail.

micro-datas

  • Le linking externe, netlinking : À date, nous avons peu d’information de la part de Google ! On sait simplement que les liens s’obtiennent rarement sur une version mobile d’un site. Les fondements de l’algorithme seront toujours concentrés autour de la popularité et donc de celle acquise sur votre version desktop. Si vous êtes en responsive et donc avec une même URL pour la version mobile et desktop, ce point est déjà traité.
  • AMP: La version AMP peut faire office de version mobile, mais ne pourra pallier à un manque de contenu si vous avez une version mobile.
  • Les sites sans version mobile: Si vous êtes sans version mobile, Google positionnera votre version desktop avec le crawler Googlebot mobile. Il recommande d’ailleurs de ne pas sortir en urgence une version mobile non terminée. Prenez le temps de bien faire les choses.
  • Focus on the users robots : une fois n’est pas coutume, Gary Illyes nous préconise de développer ses titles, H1 et tout contenu pas seulement pour les utilisateurs, mais aussi pour les robots. Pour info, la balise title sur mobile est plus longue puisqu’elle se place sur deux lignes. On peut donc aller jusqu’à 70 caractères (vs 65 caractères sur desktop)

balise-title

Vers une phase de transition : ce que vous recommande Search Foresight

Au-delà des 12 points évoqués, plusieurs sujets sont à suivre

  • Surveillez votre crawl Googlebot mobile: Le bot mobile de Google va certainement accroître son crawl sur votre site (version mobile dédiée ou non). Une solution d’analyse de logs peut vous aider à vous alerter lorsque Google va préparer le lancement de son nouvel algorithme.
  • SXO : Search Experience optimization: L’usage est devenu le quatrième pilier du référencement. Pensez utilisateur, ergonomie, rapidité de chargement et simplicité dans vos développements. L’utilisateur est un facteur de ranking.
  • La certification « Sites Mobile »: Une nouvelle certification est apparue en avril 2017 qui aide les personnes en charge de projet de web mobile à faire les sites en respectant les guidelines de Google. Le programme est assez riche et technique abordant les questions suivantes : UX, performances, AMP, PWA (Progressive Web Apps) et  conversion. Un concentré de ce qui nous attend à la fin de l’année.
  • Optimiser vos pages pour l’usage de la recherche vocale : En 2017, 20% des requêtes sur mobile se font en recherche vocale avec l’application Google sur vos téléphones. Étudiez les requêtes qui peuvent être utilisées dans votre secteur d’activité en utilisant l’outil http://answerthepublic.com/ qui vous aidera à trouver les questions sur vos produits.
  • Bannir les interstitiels: Google pénalise les sites utilisant des popup trop intrusives lors d’une visite avec un mobile, provenant de la page de résultat Google. Ces mises en avant doivent être plus discrètes.

Travaillez votre référencement local

    En 2017, 80% des recherches sur mobile concernent des intentions dans un environnement proche.

  • Google MyBusiness: Penser à compléter au maximum vos fiches
  • Avis Clients: Signal fort pour Google, principalement lorsqu’ils sont positifs
  • Mêmes informations partout: Votre nom, téléphone, adresse doivent être identiques partout sur le web
  • Schema.org: Les microdonnées spécifiques sur les lieux sont des éléments à utiliser pour valoriser vos contenus dans les résultats de recherche

Tous ces chantiers sont assez importants pour les sites n’ayant pas travaillé leur version mobile pour déjà respecter les précédentes mesures prises par Google. En effet, depuis 2014, Google nous avait déjà préparés à prendre des mesures sur notre version mobile :

  • 2014 : Affichage du label « Mobile Friendly »
  • 2015 : La compatibilité mobile devient un critère de pertinence
  • 2016 : Annonce du Mobile Index First pour le printemps 2017
  • 2017 : Le Mobile Index First est en test et repoussé à la fin de l’année.

Histoire-mobile-first

C’est donc officiel, les critères de ranking vont être orientés vers votre version mobile et votre roadmap 2017 doit forcément y consacrer une part importante de votre temps.

Visionner le PDF de la présentation de la conférence