Blog

Les outils SEO vous mentent ! Mais leurs informations sont indispensables

La récente polémique sur la mise à jour de l’indicateur DA (Domain Authority) de Moz me donne l’occasion de rappeler une vérité un peu douloureuse : il faut se méfier de ce que vous disent les outils SEO.

Nous allons essayer de voir pourquoi certains indicateurs sont biaisés, au point de ne pas refléter la réalité, et comment arriver à utiliser malgré tout les informations extraites de ces outils alors mêmes qu’ils sont plus qu’imparfaits.

Moz modifie le calcul de son Domain Authority

Moz a récemment modifié le calcul de son score de Domain Authority : beaucoup de propriétaires de sites ont vu leur DA changer drastiquement d’un jour à l’autre. Mais le problème, c’est que depuis que Google ne communique plus le Pagerank de la Toolbar, seul les outils tiers (comme Moz, Majestic, Ahrefs) communiquent des « scores » censés refléter l’importance des sites.

La dernière mise à jour du DA chez Moz a déclenché quelques remous sur la Toile…

Mais ces scores sont à prendre avec d’énormes pincettes : les données collectées par ces outils ne sont pas les mêmes que celles collectées par Google : tous ces outils crawlent le web, mais pas de la même façon que Google, notamment pas de façon aussi exhaustive, et surtout, ne traitent pas les données comme Google. Par exemple, faute de connaître les liens qui ne transmettent pas de Pagerank, les « Pagerank » de substitution que sont le DA de Moz, ou le Citation Flow de Majestic, sont très différents de la note de Google.

Dans le cas du DA, Moz utilise en plus une recette secrète pour produire un score composite à partir de critères intépendants des requêtes, et censé refléter sa capacité à se positionner devant les concurrents, les autres critères étant égaux par ailleurs.

Mais la « formule » de Moz étant quelque peu arbitraire, un simple changement dans cette formule (comme lors de la récente mise à jour) donne des scores très différents. Alors faut-il se fier à ces indicateurs ?

Oui et non.

Oui, car ils donnent des informations permettant de comparer des sites webs, de voir si on progresse sur ces critères etc…
Mais non, car ces données sont extraordinairement biaisées, ne reflètent pas ce qui se passe vraiment chez Google, et doivent être considérés avec une distance certaine…

Autre exemple : les indices de visibilité et les estimations de trafic

D’autres outils SEO vous donnent des informations sur votre visibilité, ou des estimations sur le trafic SEO généré par vos concurrents et vous mêmes. La méthodologie pour réaliser ces scores est connue : on prend un échantillon de requêtes, on récupère les pages de résultats, et ensuite on établit des scores en tenant compte de la présence des urls des sites dans les résultats, de leur position, de la fréquence de la requête et on peut aller jusqu’à en déduire un trafic généré en tenant compte du CTR espéré selon les positions.

Ces outils, là aussi, ne sont pas dénués de biais.

Par exemple, les résultats dépendent beaucoup de ce qu’il y’a comme mots clés dans les échantillons : il n’est pas rare de voir la visibilité d’un site décroître selon un outil, et augmenter selon un autre ! Qui plus est, si le trafic de votre site est généré essentiellement par des requêtes « longue traine », ces outils deviennent sans intérêt car les mots clés monitorés sont en général des mots clés short ou middle tail.

Certains de ces outils ont aussi la mauvaise habitude de changer leurs échantillons sans grande précaution : si votre visibilité semble avoir augmenté par rapport au début de l’année, c’est peut-être parce que votre référencement s’est amélioré, mais c’est peut-être aussi parce que l’échantillon de mots clés utilisés a changé !

Quant à la qualité des prédictions de trafic : il suffit les indicateurs à ce que vous indique votre outil de web analytics préféré pour comprendre qu’il y’a un problème.

Faut-il jeter les outils SEO à la poubelle ?

Les outils qui produisent leurs propres indicateurs SEO restent intéressants à utiliser, car ils aident à faire des diagnostics et imaginer les plans d’action prioritaires. Ils ont aussi un côté pédagogique indéniable pour les acteurs qui découvrent le référencement.

Mais un spécialiste du SEO doit absolument rester lucide sur la qualité de l’information produite, sur ses biais potentiels, et garder en tête que les scores produits ne sont pas issus de Google, mais reconstitués avec des formules parfois arbitraires et en plus gardées secrètes.

On peut toujours utiliser ces outils, mais à condition de croiser leurs résultats pour détecter s’il y’a un problème avec la qualité des informations, et de confronter leurs prédictions à la réalité pour éviter d’être induits en erreur par eux. Regarder de près les données des Search Consoles peut également vous empêcher de vous tromper de diagnostic.

Bref, tous ces outils sont utiles au quotidien, à condition d’exploiter leurs infos avec tout le recul nécessaire.

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Plus d'articles :

    All articles loaded
    No more articles to load
    Appelez-nous
    Contactez-nous