En 2017 préparez votre site pour la recherche vocale !

S’il y a quelques mois nous vous introduisions au référencement vocal avec des tips pour se référencer sur Google Home. Aujourd’hui nous voulons vous accompagner dans l’optimisation de votre contenu éditorial pour atteindre la position zéro et être LA réponse suite à une recherche vocale, peu importe le support. Pourquoi ? Car le référencement vocal est annoncé comme le must have du SEO dans l’année 2017 !

La recherche vocale : déjà 20% des recherches sur Android.

Selon Google, aujourd’hui une partie de plus en plus importante de la population réalisent ses recherches vocalement : 20% des recherches de l’app OK Google et des recherches sur Android sont des recherches vocales. Dû au manque des chiffres du marché français nous pouvons observer les résultats américains : 55% des adolescents et 41% des adultes (toujours selon Google) font des recherches vocales au moins une fois par jour, la plupart des fois dans leur logement.
De plus, Google développe et améliore de façon continue sa technologie d’identification vocale, qui devient de plus en plus précise. Pour exemple, il y a seulement quelques mois, Google avait du mal à comprendre certains accents. Mais ce problème est aujourd’hui pratiquement réglé (c’est une étrangère qui vous l’assure :D) !

La recherche vocale pas à pas

Le référencement vocal, comme tout référencement SEO, est le résultat d’une stratégie globale : nous ne pouvons pas optimiser uniquement le contenu du site et laisser de côté l’optimisation technique, ou se concentrer sur la création des liens sans réfléchir au maillage interne. Il n’y a pas de potion magique qui puisse résoudre un mauvais positionnement. Mais (hallelujah!) il y a quatre principes à suivre pour optimiser votre contenu pour le référencement vocal :

1. La règle des 5 W

Une des règles basiques du marketing est belle et bien valable pour le référencement web : la règle des 5W. De quoi s’agit-il ? Répondre à vos contenus grâce à  cinq questions : who, why, when, what & where (qui, pourquoi, quand, quoi et où). Essayez d’adapter vos contenus en répondant à ces questions et vous faciliterez la tâche de Google  en identifiant directement les réponses des questions posées par les internautes. Google saura vous remercier avec une belle position zéro !

2. Ayez des conversations

Vous vous souvenez de la mamie qui avait fait le buzz car elle avait demandé gentillement à Google la traduction d’un chiffre romain ? Elle avait tout compris sur la recherche conversationnelle : il faut avoir une conversation avec le moteur de recherche !
twitter grandma ask google
Cela fait des années que Google le dit : il ne veut plus être un moteur de recherche mais des réponses. Et ces réponses ne pourront pas être conçues si elles ne naissent pas d’une forme de conversation ! Ainsi, privilégiez le langage naturel pour écrire vos contenus. Des excellents exemples sont les FAQ : une question (posée avec un langage naturel, « vocal ») obtient une réponse immédiate. Évitez néanmoins des longues tournures ou la question posée qui arrive à la suite d’une logorrhée verbale. Cela dérange les utilisateurs et les moteurs de recherche !

3. Incorporez des microdonnées

Nous l’avons déjà dit : les microdonnées (ou les données structurés) sont une excellente façon de donner aux moteurs de recherche des informations de qualités sur leur contenu. Prenez l’habitude d’incorporer ce type de balises à tous vos contenus ! SI vous voulez en savoir plus sur les données structurés, découvrez notre article sur les microdonnés en cliquant ici !

4. Assurez votre référencement local

Finalement, mais ce n’est  pas pourtant le moins important, assurez-vous de disposer d’une fiche Google My Business pour intercepter les requêtes locales ! Car 38% des adolescents et 40% des adultes utilisent la recherche vocale en mouvement : multipliez donc vos chances d’acquérir ce trafic en optimisant votre fiche Google My Business !
 
Aurora Rivera – @AuroraRiveraSa