Les contenus "cachés" aussi dévalués en mobile first index ?

La semaine dernière, une « étude » sortait sur le site dejanseo.com.au avec pour nom « [SEO Test] Tabs and Accordions not OK in Mobile-First ». Ce test/cas/étude/billet tente de répondre à la question suivante : les contenus « cachés » sont-ils dévalués sur mobile (first index) comme c’était le cas sur Desktop ?
La réponse donnée suite au test c’est : « Despite other claims and obvious usability advantages, hidden content appears to be devalued in mobile-first index. » Ce qui dans une traduction approximative nous donne « Malgré les déclarations et les avantages évidents en termes d’utilisabilité (UX/UI), les contenus « cachés » sont effectivement dévalués sous le mobile first index » ».
Une conclusion dérangeante alors même que Google nous a confirmé plusieurs fois que les contenus dans les tabs et accordéons ne poseraient pas de problème avec le mobile first index :
hidden content good for ux
 
Mais alors comment Dan Petrovic (directeur général de DEJAN NDLR) en arrive-t-il à cette conclusion ?

Un test qui ne fera trembler personne

Ce test est comme beaucoup de tests dans la communauté SEO : bancal.
Celui-ci est d’ailleurs plus que bancal, il est très incomplet et ne permet en aucun cas de tirer des conclusions aussi tranchées et fortes. Je vous invite à vous faire une idée par vous-même de ce « test » : https://dejanseo.com.au/mobile-first-test/ qui ne concerne donc que trois groupes de sites passés sous MFI avec une « autorité similaire ». Cela ne vous prendra pas plus de 1 minute (promis).
Une autorité similaire ? C’est à peu près la seule information que nous trouverons dans ce test, en dehors de la méthodologie qui là encore est très incomplète… Aucune notion de temps, de requêtes, de typologie de site, de liens, etc. Et plus gênant encore, aucune preuve. Pas un screenshot, pas un graphique, pas de chiffres. Rien.

Pourquoi ce genre de test est-il gênant ?

Dans l’absolu, aucune raison que ce test soit gênant. Nul ne doute que chez DEJAN ce test a été fait de bonne foi, et avec un minimum de sérieux. Le problème est qu’affirmer ce genre de choses dans une communauté où le sens critique n’est pas toujours au rendez-vous, et que le moindre éternuement de Google est repris, débattu, confirmé, infirmé, c’est s’assurer que le mauvais message va passer.
tweet confirmed not returning hidden content
Voici par exemple un tweet de quelqu’un qui suite au test a vérifié cela sur un client est en arrivé à la même conclusion… Une approche assez peu scientifique.
Bien entendu peu de temps après Gary Illyes, un porte parole de Google, a démenti tout cela :

Voilà qui aurait pu clore le débat et plutôt incité la communauté et particulièrement les auteurs du test à aller plus loin dans leur étude et à proposer quelque chose de concret, voire irréfutable (peu probable) ! Mais non. Nous tombons rapidement dans la paranoïa avec ce genre de test et lorsque nous sommes face à Google, la paranoïa est souvent décuplée, car parfois justifiée. Voici des commentaires suite à la réponse de Gary Illyes :
commentaire content hidden

Source : seroundtable

Selon certains commentaires (nous n’avons pas vérifié l’information), les tests sont faussés et incorrects notamment à cause du plugin utilisé qui utiliserait des fonctions JS « onclick » qui forcément rendent la tâche d’indexation plus compliquée que si les tabs et accordéons étaient gérés avec du CSS.
Difficile d’en tirer de bonnes conclusions donc…

Tout n’est peut-être pas à jeter

Vous l’aurez compris, ces affirmations/tests/études n’ont rien de scientifique et ne prouvent absolument rien. Cela ne veut pas dire pour autant qu’elles sont complètement à jeter.
Par exemple, une information qui est passée un peu plus inaperçue c’est que les contenus cachés auront plus de difficultés à apparaître en gras dans les résultats de recherche pour des raisons techniques liées à l’indexation. C’est déjà ça !
L’autre élément important qu’il faut garder c’est cette volonté de prouver ce que peut nous dire Google un peu partout. Des déclarations sont faites quasiment tous les jours, des preuves ne sont quasiment jamais apportées. Rares sont les études dans le petit monde du SEO qui arrivent à prouver de manière irréfutable telle ou telle chose. Mais une étude sérieuse avec assez de données et de méthode, même si elle ne résout pas un problème, un débat, elle peut s’avérer très éclairante.
Malheureusement cela prend du temps (beaucoup de temps) et de l’énergie. Mais il est préférable d’attendre, de n’en voir qu’une tous les 3 mois plutôt que de tomber dans le sensationnalisme et la paranoïa…
Enfin cette histoire nous prouve que dans le monde du SEO (c’est vrai partout, mais restons à notre place) il faut toujours vérifier 2,3,4,5 fois ses sources. Il y en a beaucoup, et peu sont 100% fiables, alors méfiez-vous.
Concernant les contenus cachés, chez Search Foresight, nous vous conseillons de les utiliser sur mobile si cela facilite l’expérience utilisateur mais de toujours réfléchir à « quel est le contenu le plus important pour mon internaute sur cette page » et d’afficher en priorité celui-ci sans qu’il soit forcément caché au chargement de la page.
Sources :

Nouveau call-to-action