8 conseils pour gagner en visibilité sur Google

Vous disposez d’un site Internet mais vous n’apparaissez pas dans les premiers résultats de recherche ? 

C’est dommage car vous êtes ainsi privé d’une source de trafic importante et vous passez à côté de nombreuses opportunités d’affaire.

Dans cet article, nous vous livrons 10 conseils pour améliorer votre référencement et augmenter votre visibilité sur le web.

#1 – Cibler des mots-clés longue traine

Pour figurer parmi les premiers résultats dans les SERP (les pages de résultats des moteurs de recherche), il faut d’abord cibler les mots-clés qui vont nous apporter un trafic qualifié.

A première vue, il peut être tentant de chercher à se positionner sur les mots-clés liés à notre activité, qui présentent le plus grand volume de recherche. Mais cibler des mots-clés génériques à fort volume s’avère périlleux car ce sont aussi les plus concurrentiels. Il est donc très compliqué d’atteindre une bonne position sur ces mots-clés, dit courte traine.

Par opposition, la longue traine désigne un ensemble de mots-clés à moindre volume de recherche mais qui, combinés, représentent 80% du trafic. Moins concurrentiels, les mots-clés longue traine sont plus accessibles. De plus, ce sont souvent des expressions composées de plusieurs mots. Ils sont donc plus spécifiques et génèrent un trafic plus qualifié.

Par exemple, « magasin de jouets » est un mot-clé courte traine sur lequel il est difficile de se positionner. En revanche, on pourra cibler des expressions plus fines comme « magasin de jouets en bois en Bretagne » pour atteindre une audience plus qualifiée.

#2 – Créer des contenus pertinents autour de ses mots-clés cibles

La recherche de mots-clés est une étape préliminaire pour améliorer son référencement. Ensuite, c’est la bonne utilisation des mots-clés listés qui va permettre de devenir plus visible.

En effet, l’algorithme Google tend à récompenser les contenus qui répondent de façon pertinente aux requêtes des internautes. Aussi le moteur de recherche attribuera un meilleur classement à un contenu qui traite en profondeur un sujet en associant différents mots-clés appartenant au même champ sémantique.

Il ne s’agit donc plus, comme cela pouvait être le cas par le passé, de truffer ses contenus de mots-clés ou de répéter 50 fois le même mot-clé.  Au contraire, ces techniques grossières risquent de vous valoir une pénalité.

Désormais, il convient de créer un contenu, assez long de préférence, qui apporte de la valeur ajoutée au lecteur et d’utiliser ses mots-clés cibles dans les balises titre.

Dans cette optique, la création d’un blog de contenus qu’on alimentera régulièrement est une bonne pratique pour atteindre ses clients-cibles et répondre aux exigences de Google.

#3 – Optimiser ses pages web pour les moteurs de recherche

Une fois qu’on a créé du contenu autour de ses mots-clés, il est encore possible de l’optimiser pour les moteurs de recherche.

Nous l’avons vu, Google valorise le contenu de qualité et la pertinence de la réponse apportée à l’internaute. La bonne utilisation du champ sémantique est un élément qui permet de mieux se positionner. Pour améliorer encore votre contenu de ce point de vue, vous pourrez utiliser l’outil 1.fr qui évalue la richesse du contenu et propose des suggestions de mots-clés à ajouter à votre texte.

En complément, il est aussi important d’optimiser la structure de la page et du contenu. Le contenu doit être assez long pour être considéré comme qualitatif par les moteurs de recherche. L’insertion des mots-clés dans les balises titre favorise la lisibilité par l’internaute et par Google. Il en va de même d’un bon découpage du contenu en paragraphes assez courts.

La méta-description est un autre élément important pour se démarquer sur les moteurs de recherche. C’est l’extrait qui apparaît dans les résultats de recherche. Elle doit donner envie à l’internaute de cliquer sur le lien de votre contenu.

Enfin, l’utilisation de visuels avec des balises alt image optimisées permet aussi de se positionner dans les résultats de recherche d’images de Google.

Si votre site web fonctionne sous WordPress, l’extension Yoast SEO permet de vous assurer que vous êtes en phase avec toutes ces bonnes pratiques de SEO on-page. Si c’est le cas, vous augmentez votre visibilité sur Google.

Nouveau call-to-action

#4 – Mettre régulièrement ses contenus à jour

Quand on analyse le fonctionnement de Google, on comprend que l’objectif du moteur de recherche est d’apporter en toutes circonstances la meilleure réponse possible à l’internaute.

Or, sur un sujet donné, la meilleure réponse aujourd’hui n’est plus forcément celle qui prévalait un ou deux ans plus tôt. Entre-temps, les connaissances ont pu évoluer, tout comme les attentes des internautes. D’autres acteurs se sont positionnés avec des contenus plus pertinents, plus actualisés.

Si on ne fait rien, des contenus qui étaient historiquement bien positionnés baissent dans les SERP et n’apportent plus autant de trafic.

Aussi il est important de mettre à jour régulièrement ses contenus pour éviter qu’ils ne soient dépassés et maintiennent leur position. En outre, la date de dernière mise à jour est aussi un signal positif pour Google.

#5 – Générer des backlinks

Comment Google sait-il qu’un contenu apporte une réponse de qualité à l’utilisateur ?

Certes, le moteur de recherche analyse le champ sémantique et la structure du contenu. Mais Google se base aussi sur des signaux extérieurs. En particulier, la présence de liens entrants de qualité (backlinks) vers une page est un critère SEO de premier ordre.

Le raisonnement est le suivant : si un site faisant autorité dans un domaine intègre dans son contenu un lien vers une de vos pages, c’est qu’il vous considère comme un expert ou, du moins, qu’il juge votre contenu intéressant et pertinent pour ses lecteurs. Autrement dit, vous êtes adoubé par vos pairs.

Pour générer des backlinks de qualité, il faut donc produire de très bons contenus et mettre en place une stratégie de netlinking.

Par exemple, vous pouvez identifier les influenceurs et les sites influents dans votre secteur et leur proposer de faire un lien vers vos nouveaux articles. Il est aussi possible de mettre en place du guest blogging avec des sites extérieurs. En pratique, vous rédigez un contenu qui sera diffusé sur un autre site avec un ou plusieurs liens pointant vers votre site. Vous pouvez également commenter des articles de blog en insérant habilement un lien vers un de vos contenus.

#6 – Diffuser ses contenus sur les médias sociaux

A priori, la diffusion de vos contenus sur les réseaux sociaux n’impacte pas directement votre SEO. En effet, sur Google Analytics, le trafic social (issu des médias sociaux) est dissocié du trafic organique (issu des moteurs de recherche).

Cependant, partager vos contenus sur Facebook, Twitter, . 

En effet, plus vos contenus jouissent d’une bonne exposition sur les médias sociaux, plus ils sont visibles par les blogueurs et les influenceurs du secteur. C’est un bon moyen de vous constituer une image d’expert et d’engranger de nouveaux backlinks qui viendront nourrir votre SEO et augmenter la visibilité de votre site web.

#7 – Décliner ses contenus sous différents formats

Pour les requêtes où cela représente une plus-value, Google propose, outre les résultats de recherche « classiques », des résultats issus de différentes bases de données.

Il peut s’agir de résultats d’images, de vidéos, d’actualités, de Google Shopping, Google Maps ou encore Google My Business. En mai dernier, Google a annoncé l’affichage des podcasts dans ses résultats de recherche.

La recherche universelle est une opportunité pour ceux qui souhaitent se rendre plus visibles sur Google. En se positionnant sur différents formats et en optimisant chaque contenu, on augmente ses chances d’apparaître dans les SERP.

#8 – Améliorer son expérience utilisateur

Parmi les évolutions récentes de l’algorithme Google, on trouve une prise en compte accentuée de l’expérience utilisateur par le moteur de recherche.

L’objectif de Google étant d’apporter la meilleure réponse possible à l’utilisateur, l’évaluation de l’UX devient un critère à part entière. Pour savoir si une page répond aux attentes de l’internaute, Google analyse différents critères : le taux de clic sur le lien dans la SERP, le temps passé sur la page, le taux de rebond, …

Si le visiteur arrive sur votre site après une recherche Google puis passe beaucoup de temps sur le site, consulte plusieurs pages, Google va considérer que vous apportez une bonne réponse. Et cela améliorera votre position et donc votre visibilité. C’est donc une optimisation à la croisée du SEO et de l’UX que Google attend de nous. Et ça a même un nom : le SXO !

Pour gagner en visibilité sur Google, il faut comprendre comment fonctionne l’algorithme du moteur de recherche. Ces dernières années, le contenu prend le pas sur le SEO techniques. C’est essentiellement la qualité des contenus qui permet de bien se positionner. Il faut donc avant tout trouver les bons mots-clés, créer du contenu à forte valeur ajoutée pour ses clients-cibles puis l’optimiser pour les moteurs de recherche. 

Nouveau call-to-action