John Muller a annoncé sur Twitter que la recherche d’image prendrait un nouveau tournant. La recherche d’image, plus difficile à tracker et supposée moins transactionnelle, est souvent sous-estimée. L’évolution du bouton « View Image » en février 2018 a d’ailleurs fini d’en convaincre certains que la recherche d’image était condamnée à ne pas transformer.

À contre-courant, John Muller souligne que les usages évoluent : de plus en plus d’utilisateurs feront des recherches d’image et l’usage transactionnel de l’outil s’affirmera. Ce faisant, il invite la communauté SEO et les marques à réinvestir ce levier d’acquisition.

Pour leur 20 ans, l’année dernière, et en réponse aux innovations de Bing en recherche visuelle, les équipes Google avaient déjà annoncé des changements importants autour de l’image : mise en disponibilité de Google Lens sur desktop, évolution de la consultation des images sur Google Image, introduction de nouvelles données structurées ou encore lancement des stories dans les SERPs.

story proposé par Google affichable dans les SERPs

présentation d’une story de Google

 

Confirmant cette intention, le support Search Console a sorti il y a quelque mois une guide complet pour optimiser sa visibilité sur Google Image. Il vient compléter le guide image plus technique dispensé par Google Web Developper.

 

Retour sur les bonnes pratiques spécifiques à la recherche visuelle :

L’importance du contexte

Une image n’est plus référencée qu’en fonction de son attribut ALT. D’autres critères sont désormais pris en compte : bien sûr, l’autorité du site et de la page dont elle est issue jouera un rôle majeur. Au-delà de cela, le contenu de la page entrera en compte : un texte optimisé sur les mots-clés pertinents sera nécessaire.

« Assurez-vous que le contenu visuel coïncide avec le thème de la page. » (source)

Enfin l’emplacement de l’image au sein d’une page n’est pas anodin : plus l’image est en haut de page, plus elle se verra donner de l’importance face à une image en bas de page.

« Placez les images à proximité du texte qu’elles concernent. Il peut également être judicieux d’insérer l’image la plus importante vers le haut de la page. » (source)

L’enrichissement de l’univers textuel avec les données structurées

L’introduction des données structurées par Google sur les requêtes visuelles transactionnelles représente une opportunité pour les marques. Virginie Clève, fondatrice de l’agence Largow, souligne l’impact de cette évolution sur la conversion : « [cet ]affichage riche, avec le prix, les avis, la disponibilité, la marque et une description du produit, pour envoyer vers la page un trafic qualifié [est] plus propice à la conversion. C’est ce que Pinterest réussit déjà très bien ».

affichage d'une image avec des données structurées renseignées

exemple d’affichage enrichi dans Google Image

On n’oublie donc pas d’affecter une image via les données structurées à chaque page produit et de taguer le prix, les avis, l’état du stock,etc.

La balise ALT et les techniques d’optimisation canoniques n’ont pas dit leur dernier mot

Les éléments classiques de l’optimisation d’image ont toujours un impact important : on veillera donc à renseigner sa balise ALT, à donner une légende et un nom de fichier optimisés et pertinents.

consignes pour bien rédiger une balise ALT

consignes de Google pour rédiger une balise ALT pertinente

On prêtera également attention au format de l’image : Google accepte les formats BMP, GIF, JPEG, PNG, WebP, SVG ; ainsi que les images intégrées, encodées en base 64.

La qualité de l’image peut également rentrer en compte : Google affirme sa préférence pour les images de bonne qualité.

La structure d’URL des images assure également un référencement pertinent : faites-en sorte que cette structure coïncide avec la thématique de l’image. Lorsque cela est pertinent, renseigner vos images au sein d’un sitemap dédié.

Enfin, on veillera à optimiser les performances de chargement en optant pour des images responsives, via l’ajout l’attribut <srset> ou l’élément <picture>. Concernant la mise en place du lazy loading, on veillera à préserver l’accessibilité des images aux robots Google en faisant figurer les images dans le code source et en recourant à la balise <noscript> plutôt qu’à JavaScript, selon les préconisations de John Muller.

 

Avec la montée en puissance de la recherche mobile, il n’est pas étonnant que la recherche d’image devienne une préoccupation majeure de Google. Bien qu’évasif, le twitt de John Muller, a le mérite de rappeler que la recherche visuelle n’est pas près de tomber en désuétude. On s’attend donc à des innovations enthousiasmantes du côté de Google Image cette année face à la concurrence de Pinterest et de Bing.