Petit rappel sur l’AMP

Pour rappel, la technologie AMP naissait il y a deux ans avec l’objectif d’alléger les pages mobiles et de minimiser de façon drastique leur temps de chargement. Pour cela, Google proposait d’héberger une version de ces URLs en cache, ainsi l’internaute n’avait pratiquement pas à attendre pour l’affichage de son contenu.

Aujourd’hui, l’AMP fait parti d’un standard « mobile » avec 25 millions de sites média et e-commerce ayant développé cette technologie et plus de 4 milliards de pages AMP.

Pour comprendre les tenants et aboutissants de cette techno (historique, intégration, best practices, etc.) et l’intégrer à votre roadmap 2018, retrouvez notre bilan sur l’amp, deux ans après sa sortie.

L’AMP débarque sur Gmail

Le format AMP (Accelerated Mobile Pages) a été initié par Google et Twitter pour répondre à Facebook Instant Articles (même principe mais fonctionnant uniquement dans l’écosystème Facebook) lancé 5 mois avant.

Aujourd’hui, AMP intègre l’écosystème de Google en s’invitant sur Gmail. Le premier changement sera visible dans l’interface qui deviendra notamment plus moderne et plus interactive.

Dans un communiqué annonçant le lancement officiel d’AMP sur Gmail, Google a indiqué qu’il aura pour objectif de moderniser nos boites mail. Avec l’AMP, les utilisateurs n’auront plus à quitter Gmail pour ouvrir une autre application web. En effet, de nombreuses tâches pourront être réalisées dans notre boite mail. Les utilisateurs pourront par exemple organiser leur agenda, réserver une chambre d’hôtel ou répondre à un questionnaire directement via Gmail.

Technologie AMP disponible sur Gmail

Nouvelle fonctionnalité Google : AMP disponible sur la boîte de messagerie Gmail

L’objectif de Google est de continuer d’offrir aux internautes la meilleure expérience mais surtout de répondre aux besoins de monétisation (publicité + webmarketing) des annonceurs.

Avec 270 milliards de mails envoyés quotidiennement, la firme américaine s’assure de toucher une cible d’annonceurs intéressés par de nouveaux moyens pour qualifier et convertir des prospects. Des tests ont déjà été effectués sur Booking.com, Doodle et Pinterest pour qui l’emailing est très important sachant qu’il représente une grande partie de leurs revenus et de leur système.

Pour l’instant, AMP pour Gmail en est encore à sa version bêta. Avant la sortie de la version officielle courant 2018.
Google propose dès à présent aux webmasters qui le souhaitent d’accéder à AMP sur Gmail en avant-première en s’enregistrant ici.

AMP stories, un nouveau format arrive sur mobile

Rudy Galfi, chargé du développement d’AMP chez Google part du constat suivant « Sur les smartphones et tablettes, les utilisateurs consultent beaucoup d’articles, mais n’en lisent entièrement que très peu ». Autre constat : « Les images, vidéos et infographies aident les éditeurs à capter le plus vite possible l’attention de leurs lecteurs et à la mobiliser avec des contenus immersifs et consultables aisément ».

Du coup pour y répondre, Google crée les AMP Stories. Ce nouveau format appelé « AMP Stories » propose des articles de presse sous la forme d’une succession d’images ou vidéos qui occupent tout l’écran, et il suffit de swiper pour passer de l’un à l’autre. En clair, Google copie les stories de Snapchat et surtout celles des médias de la section Discover.

amp stories

Démo AMP Stories

Place à l’engagement avec des contenus immersifs et très faciles à consommer. Une manière de faire plus de storytelling, dans des formats adaptés au mobile. En résumé, la même proposition que les stories de Snapchat, mais avec un accès facilité depuis les résultats de recherche de Google.

Ce nouveau format a déjà été développé avec de grands éditeurs américains, dont certains proposent déjà des contenus sous forme de « stories » : CNN, Conde Nast, Hearst, Mashable, Mic, Vox Media et le Washington Post. Pensées pour les mobiles, ces « stories » sont également consultables sur ordinateur.

Les éditeurs de contenus en ligne peuvent stocker ces formats sur leurs propres sites mais aussi les confier aux serveurs de Google pour qu’ils se chargent plus rapidement, a souligné Rudy Galfi.

Google affirme vouloir faciliter le travail des éditeurs et des start-ups avec ce nouveau format mais même s’il n’est pas question à l’heure actuelle de monétisation de la part de Google, cela ne serait tarder ! On peut se poser la question également de la future monétisation du format par Google ? Est-ce que ce nouveau format ne va-t-il pas bousculer le modèle économique de Snapchat ? La mise en place d’une concurrence entre Google et Snapchat (acteur historique sur ce créneau) va-t-elle être équilibrée et saine ?

A suivre…

Andréa Bryand / @Seotastique