Google privilégie-t-il trop les internautes par rapport aux propriétaires de sites ? Au fil des annonces pénalisant certains usages très répandus (interstitiels), accordant des boosts aux nouvelles technologies (HTTPS, AMP) et privilégiant les sites mobile, Google semble imposer sa vision du Web dans le sens de l’utilisateur. A charge des sites Web de suivre où de se couper du trafic naturel…

Focus on the user…

Allant contre un usage répandu sur le Web, Google annonce la chasse aux interstitiels : les sites trop portés sur les pop-ins empêchant l’accès au contenu (publicité, installation d’application) seront pénalisés. Le Popupgeddon aura lieu en janvier 2017 et plus d’un tiers des sites médias ne sont pas prêts.

recherche-associee-google-mobileS’il pousse les sites Web à s’adapter, Google lui-même évolue également vers une meilleure expérience utilisateur : s’il remarque un comportement de pogo-sticking (plusieurs allers-retours entre les sites proposés et les résultats de recherche), il proposera d’affiner la requête avec les recherches associées, afin de proposer des résultats plus pertinents. On sait également que le taux de clic d’un site (voire son taux de rebond) est sous surveillance pour juger de sa qualité, et ainsi de son positionnement…

Pour comprendre Google, il faut l’écouter : sa philosophie affirme « Focus on the user and all else will follow » (Privilégiez l’intérêt de l’utilisateur et le reste suivra). Chaque évolution va dans ce sens : pousser des sites pertinents, rapides, accessibles et sécurisés.

…and all else will follow

Google n’est pas pour autant insensible aux problématiques des Webmasters. Plusieurs fois par mois, John Mueller organise ses « Hangouts » (visioconférences) pour les Webmasters afin de répondre à leurs interrogations, en plus de donner des informations utiles à toute la communauté SEO, mais sans trop révéler les secrets de l’algorithme… Pour des évolutions plus structurelles, Google s’est rapproché de grands sites pour les accompagner et affiner ses technologies selon leurs retours. Gary Ilyes l’a rappelé à la conférence PubCon de Las Vegas le 13 octobre dernier. C’est le cas pour les migrations HTTPS de grands médias et, cet été, pour l’intégration du format AMP chez eBay.

Une batterie d’outils, souvent gratuits, est mise à disposition, allant de l’A/B Testing (Google Optimize) à la Data Visualization (Data Studio), tout en améliorant Analytics et Tag Manager. La Search Console propose également des outils de compatibilité mobile, notamment pour l’intégration des AMP, que Google recommande même comme solution au lieu d’un site Web mobile.

Alors que le bilan global du passage au HTTPS (en échange d’un boost annoncé) est mitigé, voire frustrant, Google poursuit sa stratégie. L’année 2017 verra l’émergence d’une technologie mobile conciliant internautes et éditeurs : les progressive web apps. Croisement entre une application mobile et un service Web, elles combineront le meilleur des deux, annonce Google. Pas sûr que les Webmasters aient à cœur de s’adapter à une nouvelle technologie supplémentaire pour des bénéfices incertains…

 

 

Principe des Progressive Web Apps