Blog

Les sites médias sont-ils prêts pour le Popupgeddon ?

    popupgeddon-exemple-google-ko-2

    J-3 mois. On vous l’annonçait la semaine dernière, le compte à rebours a commencé : Google a annoncé le déploiement, le 10 janvier 2017, d’une mise à jour mobile qui doit modifier le classement des sites mobiles qui affichent des interstitiels et des pop-ups publicitaires avant de proposer leur contenu éditorial : « Afin d’améliorer la recherche pour mobile, à compter du 10 janvier 2017, les pages au contenu difficilement accessible depuis les résultats de recherche pour mobile pourront être moins bien classées. »

    Les sites mobiles ont donc intérêt à être prêts. Y compris ceux des médias, familiers des interstitiels de démarrage et autres pop-ups intrusifs permettant la monétisation de leurs contenus, tout comme les retailers, e-commercants, institutionnels, etc.

    Mais ont-ils vraiment à craindre la date du 10 janvier ?

    C’est ce qu’a voulu savoir Search Foresight. Nous avons donc analysé les pages d’accueil et 2 pages d’articles récents des 60 sites de médias et d’actualités majeurs (ceux qui remontent lorsqu’un internaute tape leur nom dans Google, sur mobile).

    Résultat : 62% de ces sites sont aujourd’hui en adéquation avec l’objectif de Google d’assurer la meilleure expérience utilisateur possible.

    Dit autrement : Plus d’un tiers des sites d’information et sites médias ne sont pas prêts pour la mise à jour du 10 janvier 2017. « Une proportion finalement élevée, sachant que notre étude a aussi pu découvrir qu’en moyenne, pour les sites non conformes, la part des pop-ups publicitaires est de 65%, ce qui commence à être non négligeable. L’enjeu est important, car il s’agit des sites qui basent une grande partie de leurs revenus web sur la vente de ces espaces », commente Yann Sauvageon, Directeur de l’expertise chez Search Foresight et qui a réalisé l’étude.

    exemple-popupgeddon-les-echos popupgeddon-exemple-google-ko

    La page d’accueil du site des Echos, compatible avec la mise à jour Google mobile Popupgeddon, contrairement à celle de Closer, ici masquée par un interstitiel pour DisneyChannel, que l’utilisateur doit fermer avant d’accéder au contenu principal.  © Capture

    Les résultats complets de l’étude sur l’impact du Popupgeddeon* :

    • 23 sites sur 60 ne sont pas conformes :

    graphique-popupgeddon-résultats-sf-1

    • Parmi les cas non conformes détectés, les interstitiels et pop-ups incriminés sont attribuables à :
      • des pop-up publicitaires dans 65% des cas ;
      • des push de l’application dans 31% des cas ;
      • des push newsletter dans 4% des cas.

    graphique-popupgeddon-résultats-sf-2

    A noter, toutefois, que nous avons, dans cette étude, uniquement relevé les cas flagrants, Google ne précisant pas le périmètre exact des techniques autorisées ou pénalisées, notamment sur le caractère « raisonnable » du format des bannières autorisées. Un outil de test des interstitiels est largement plébiscité du côté des webmasters, sans toutefois de réponse de Google sur le sujet…

    Rappelons que cette nouvelle est loin d’être une surprise puisque, depuis 2014 et la création du libellé « Mobile-friendly », la firme multiplie les annonces dans ce sens. Il y a un an déjà, Google annonçait vouloir pénaliser dans ses classements les sites mobiles qui affichent des interstitiels ou des fenêtres de type « pop-up » proposant de télécharger une application.

    Notons que Google a également annoncé la suppression du libellé « mobile-friendly », assurant que 85% des sites issus des résultats mobiles remplissent désormais ce critère. En effet, le label manque d’intérêt si tous les résultats de recherche le possèdent… et accessoirement cela permet de gagner quelques pixels pour le SEO…

    Le critère « mobile-friendly » demeurera bien un indicateur de classement et le rapport sur l’ergonomie mobile de la Search Console ainsi que le test d’optimisation mobile resteront disponibles.

    Rappel du périmètre des mises à jour, au travers d’exemples fournis par Google :

    3 exemples de techniques qui pourront être pénalisées :

    • « Afficher une pop-up qui recouvre le contenu principal, dès que l’utilisateur accède à une page depuis les résultats de recherche ou lorsqu’il parcourt la page.
    • Afficher un interstitiel autonome que l’utilisateur doit fermer avant d’accéder au contenu principal.
    • Utiliser une mise en page où la partie au-dessus de la ligne de flottaison s’affiche comme un interstitiel autonome, mais où le contenu d’origine est intégré sous la ligne de flottaison. »

    popupgeddon-exemple-google-ko-2

    3 exemples de techniques qui ne seront pas pénalisées, si utilisées de manière responsable :

    • « Les interstitiels qui semblent répondre à une obligation légale (par exemple, l’utilisation de cookies ou la vérification de l’âge du visiteur).
    • Les boîtes de dialogue de connexion sur les sites dont le contenu n’est pas indexable publiquement. Cela peut notamment comprendre le contenu privé de type adresse e-mail ou le contenu non indexable situé derrière un paywall.
    • Les bannières qui occupent un espace à l’écran raisonnable et qu’on peut facilement fermer. Par exemple, les bannières d’installation d’applications fournies par Safari et Chrome utilisent un espace à l’écran raisonnable. »

    popupgeddon-exemple-google-ok

    Dans ce contexte d’évolution de la recherche mobile, Search Foresight vous invite, si ce n’est pas déjà le cas, à mettre en œuvre dans un délai rapide une version de votre site avec des pages au contenu entièrement accessible. Au-delà de l’ergonomie mobile, nous vous invitons également à réfléchir plus globalement aux contenus permettant de remplacer ces interstitiels (monétisation, inbound marketing, etc.) et à l’expérience utilisateur offerte sur mobile.

    *Etude SEO sur 60 sites mobiles (page d’accueil + 2 pages d’articles récentes) majeurs dans les médias. Liste des sites audités :

    • 01net.com
    • 20minutes.fr
    • 6play.fr
    • agoravox.fr
    • arte.tv
    • bfmtv.com
    • boursorama.com
    • canalplus.fr
    • capital.fr
    • closermag.fr
    • dna.fr
    • doctissimo.fr
    • elle.fr
    • europe1.fr
    • femmeactuelle.fr
    • france2.fr
    • France24.com
    • france3.fr
    • francesoir.fr
    • francetvinfo.fr
    • gala.fr
    • gentside.com
    • huffpost.com
    • la-croix.com
    • ladepeche.fr
    • laprovence.com
    • latribune.fr
    • lavoixdunord.fr
    • ledauphine.com
    • lefigaro.fr
    • lemonde.fr
    • leparisien.fr
    • lepoint.fr
    • lequipe.fr
    • lesechos.fr
    • lesinrocks.com
    • lesnumeriques.com
    • letelegramme.fr
    • lexpress
    • liberation.fr
    • marianne.net
    • mediapart.fr
    • melty.fr
    • nouvelobs.com
    • nrco.lanouvellerepublique.fr
    • ouest-france.fr
    • parismatch.com
    • programme-tv.net
    • public.fr
    • rfi.fr
    • rmc.bfmtv.com
    • rtl.fr
    • slate.fr
    • sudouest.fr
    • telerama.fr
    • telestar.fr
    • tf1.fr
    • topito.com
    • tv5monde.com
    • voici.fr

    Vous avez aimé cet article ?

    Partager sur facebook
    Facebook
    Partager sur twitter
    Twitter
    Partager sur linkedin
    LinkedIn

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Plus d'articles :

    All articles loaded
    No more articles to load
    Appelez-nous
    Contactez-nous