Il y a quelques jours Dan Shure (reconnu SEO associé de la société Moz) partageait des captures d’écran sur son compte Twitter de ce qui sembleraient être des tests Google d’une nouvelle plateforme dédiée aux offres d’emploi. Mais, quelle serait l’intérêt de Google derrière ces tests ?

Extrait des offres d’emploi dans les résultats de recherche (SERPS)

Dans les captures partagées par Dan Shure (résultat des requêtes du type « jobs online » ou « data entry jobs online »), des résultats de recherche jamais vus sont affichés en dessous des annonces Adwords (cliquez pour voir l’image plus grande) :

google offre emploi 1google offre emploi 2
Comme nous pouvons l’observer, il y a trois offres mises en avant avec des filtres au-dessus pour un ciblage plus spécifique (à l’exemple des filtres d’image récemment ajoutés par Google) et un call to action pour découvrir le reste des offres. Quand nous cliquons sur le reste des offres d’emploi, nous sommes dirigés vers une interface Google séparée dédiée aux offres d’emploi. Ici nous retrouvons plus de filtres (catégorie de travail, date de publication de l’offre, ville, entreprise…), et un focus sur chaque annonce une fois que nous cliquons sur l’offre :

google offre emploi 3

Quand les équipes de Google ont été interpellées sur ces tests, ils ont répondu que « alors que nous n’avons pas de nouvelles à annoncer en ce moment, nous cherchons toujours de nouvelles façons d’améliorer l’expérience de recherche pour nos utilisateurs, qu’ils cherchent des films à voir, des recettes à faire, ou les possibilités d’emploi ».

Des tests dans le SERPS et le lancement tout frais de Google Hire : coïncidence ?

Ces tests se produisent seulement un mois après le lancement discret de Google Hire en avril 2017. Et qu’est-ce que  Google Hire ? Et bien ni plus ni moins qu’un portail Google d’offres d’emploi, ce dernier est pour l’instant uniquement disponible en version beta aux USA. L’objectif de ce portail est de concurrencer LinkedIn (qui, pour rappel, a été racheté il n’y a pas si longtemps par Microsoft, concurrent direct de Google via Bing).

google hire

En termes de fonctionnement pour l’instant il n’y a pas beaucoup d’information mais peu de différences avec LinkedIn : nous avons la possibilité d’avoir accès à des profils utilisateur ou à des entreprises et la possibilité de publier des offres d’emploi et d’envoyer des candidatures directement. A terme il est bien probable que Google ait l’ambition de monétiser le processus via des campagnes d’annonces online (et ici nous pourrions imaginer un ciblage publicitaire croisé avec Adwords – campagnes de retargeting entre Adwords et Google Hire (ex.) ?).

En définitif, ce n’est pas trop une mauvaise idée. Et finalement cela serait un nouveau pari de Google pour se faire une place dans le monde des réseaux sociaux (cette fois-ci professionnels), après plusieurs essais ratés de Google+.

Google fait concurrence directe aux portails d’emploi

Si nous revenons sur les tests observés dans les SERPS, la première question que nous nous posons est : comment Google récupère ces offres d’emploi ? Probablement de la même façon qu’il le fait pour les résultats enrichis : avec des données structurées.

Nous avons fait un test rapide sur les sept premiers sites positionnés sur la requête « offre d’emploi » (tous des portails d’emploi), et cinq d’entre eux possédaient des micro donnés « JobPosting ». Justement, ces données structurées ont été récemment (février 2017) mises en avant par Google dans l’interface Google Partners via le support Google sur l’intégration et optimisation du balisage de micro données Schema.org dédiées aux offres d’emploi.

google partners schema job

Ainsi, Google se sert (en tout cas dans ces tests) des portails d’emploi, et des micro-données qu’ils intègrent, pour générer les résultats de recherche dont nous parlons depuis tout à l’heure.

Mais une fois que les tests seront finis et que le lancement sera officiel, ces portails d’emploi seront-ils d’accord ? Google Hire aura-t-il un impact positif dans le taux de clic des portails d’emploi ? Ou au contraire, les internautes feront toutes leurs recherches d’emploi directement sur Google (ce qui impliquerait une perte pour les portails d’emploi, non seulement de trafic, mais des données des internautes et de revenus) ? Google se servira-t-il de ces données structurées pour booster ses propositions d’emploi sur Google Hire ?

Affaire à suivre !

 

Aurora Rivera – @AuroraRiveraSa

Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn5