Google Home, Amazon Echo, Apple Siri : ce qui se cache derrière la bataille pour conquérir votre salon…

Amazon Echo, Google Home et bientôt Apple, le marché des « smart speakers » ne laisse pas les GAFA indifférents. Qu’est-ce qui se cache vraiment derrière cette bataille ? Quelles seront les conséquences pour le SEO ? Décryptage !

Les  « smart speakers » : les nouveaux chevaux de Troie pour conquérir votre salon

home vs echo-970-80
 
La bataille pour conquérir votre salon et plus largement votre maison est désormais lancée. L’arme qui a été choisie par les GAFA est la borne audio intelligente (aka le « smart speaker »). Sur ce terrain, Amazon a déjà une belle longueur d’avance avec sa borne Amazon Echo. Lancée en novembre 2014 dans sa première version, la borne Amazon Echo aurait déjà convaincu plus de 3 millions de foyers US. Selon le cabinet Strategy Analytics, ce marché devrait représenter plus de 15 millions de ventes annuelles en 2020, soit prés de 7% des ventes annuelles d’iPhone (sur base 2015) dans le monde ! Un marché qui a de beaux jours devant lui…
Global Sales of Digital Voice Assistant Devices
Global Sales of Digital Voice Assistant Devices (PRNewsFoto/Strategy Analytics)

L’histoire ne fait que commencer. Malgré son apparente longueur d’avance, Amazon va devoir protéger ses arrières ! En effet, un tel marché ne pouvait pas laisser indifférents les principaux protagonistes du digital.
Google, dans sa grande mansuétude, compte bien, aussi, prendre sa part du gâteau ! Dévoilé lors de l’IO 2016 (en mai), le produit Google Home se positionne comme un concurrent direct à Amazon Echo. Il sera lancé en pré-commande le 4 novembre prochain au prix de 129$, soit prés de 50$ de moins que l’Amazon Echo. Et Google n’est pas le seul à vouloir entrer dans la danse, puisque la rumeur laisse entendre que la marque Apple serait, elle aussi, sur le point de dévoiler sa borne audio. Il ne manque plus que Facebook et les GAFA seront au complet.

Chacun part avec de beaux atouts : Amazon a une longueur d’avance et une technologie déjà bien aboutie. Apple a la maîtrise du hardware et saura proposer une solution haut de gamme intégrée avec SIRI . Côté Google, moins fort sur le hardware, il bénéfice de tout l’écosystème Google et de la capacité à piocher des données précieuses dans Gmail et dans nos historiques de recherche ou de localisation.
samantha
 
Le salon n’est pourtant qu’un prétexte ! Derrière la conquête du salon se cache un enjeu plus macro : celui des assistant virtuels. Là est la vraie confrontation. A l’instar de l’OS Samantha dans le film Her, Google, Amazon, Apple et Facebook ont un objectif commun : devenir votre assistant personnel. Le salon est la première étape tactique de la conquête de votre espace personnel !

Le vrai enjeu des « smart speakers » : devenir votre assistant personnel, gagner sur le terrain du conversationnel

Les devices proposés par Amazon, Google et bientôt Apple intègrent tous un assistant virtuel avec lequel vous pouvez dialoguer. Chacun a son petit nom : Cortana pour Bing, Google Assistant pour Google, Alexa pour Amazon, Siri pour Apple. Au delà du hardware, c’est à ce niveau que se situe la vraie bataille. Conquérir le marché du conversationnel, devenir l’acteur de référence sur la voix.
 

voice-assitant
Amazon ne s’en cache pas. Charlie Kindel, le directeur Smart Home d’Amazon, en parle en ces termes :

At Amazon, we think we’re on the cusp of the next major disruption in computing. We think that disruption is around voice.

Pour conquérir ce nouveau marché de la voix, Amazon est en train de construire son armée Alexa, n’hésitant pas à sortir les grands moyens en multipliant les partenariats d’intégration (Spotify, Pandora, Sonos, constructeurs automobiles, Samsung, Philips, Belkin, Nest, Uber, Domino’s, Fitbit…), en travaillant sur des « featuring » dans des séries à succès comme Mr. Robot. Le produit Amazon Echo n’est que le fer de lance de cette armée. En effet, les ambitions d’Amazon ne s’arrêtent pas au fait de vous vendre une borne : Amazon compte vous en vendre plusieurs qui viendront s’installer dans chacune des pièces de votre maison.

feature-anyroom
La maison n’est d’ailleurs qu’une étape. Demain, Amazon souhaite sortir de la maison et faire en sorte que l’assistant virtuel Alexa puisse fonctionner sur d’autres devices, en interaction avec l’IoT (Internet of Things). De premiers partenariats sont déjà à l’œuvre avec BMW ou bien encore Ford comme vous pouvez le voir sur la vidéo ci-dessous :

Côté Google, la stratégie est la même. L’assistant virtuel de Google va être, bien entendu, embarqué dans le produit Google Home. Mais, il va également envahir tous les devices Google. Il remplacera d’ailleurs Google Now (via l’app ALLO) dans le prochain téléphone Google Pixel annoncé cette semaine. Il est à parier que Google voudra faire vivre son assistant en dehors de l’écosystème des devices Google : faire en sorte que l’assistant puisse être exportable dans n’importe quel produit connecté (à l’image d’Android qui fonctionne sur Smartphone, Wearables, IoT, TVs et voitures).
Comme le souligne Scott Huffman, « Google’s vice president of engineering » qui supervise le projet Google Assistant :

The goal eventually is we would have broad distribution, but we haven’t figure out the sequence or timeline. We thought it best to start small with the new Google phone.

Reste à Google de trouver un pseudo à son assistant qui sonne aussi bien qu’Alexa !

Qu’est-ce que cela risque de changer côté Search ?

Au final, cette bataille pour devenir votre assistant virtuel risque de changer largement la donne sur la partie Search. Le passage de l’ère desktop à l’ère smartphone a demandé beaucoup d’adaptations mais n’a finalement pas modifié foncièrement notre usage de recherche. L’arrivée des assistants virtuels embarqués dans les smartphones, bornes audio (et tous les devices connectés) sera au cœur d’une mutation de notre interaction avec les moteurs de recherche.
Est-ce que nous parlerons encore de moteurs de recherche tant l’expérience risque d’être différente ? Celle d’une conversation entre vous et votre assistant virtuel, à l’image d’une conversation que vous pourriez avoir avec un autre humain… La voix sera au centre de nos interactions et probablement notre mode d’interaction N°1 d’ici 2020.
La réalité, c’est qu’il y aura toujours des questions/recherches mais les réponses que nous devrons apporter prendront une forme toute nouvelle :

  • Plutôt que de référencer un site dans un index, il s’agira d’insérer une réponse dans une conversation.
  • Cette réponse, au lieu d’être un texte comme c’est le cas actuellement, pourra être une réponse audio, une proposition d’action.
  • « Alexa, j’ai faim. » > « Ok, John Doe, souhaites-tu aller au restaurant/te faire livrer un plat/découvrir une recette facile ? »
  • La réponse pourra être un assistant virtuel de marque (les fameux chatbots) qui pourra s’insérer dans le fil de la conversation (ex de Johnnie Walker) > un Adwords des chatbots ?
  • La réponse pourra être une action que nous référencerons par un jeu d’API interconnectées, de balisages spécifiques.
  • L’assistant virtuel gardera en mémoire nos préférences, personnalisant l’expérience.

Un nouveau terrain de jeu SEO se profile avec des règles qui sont encore à construire. Ces règles ne remplaceront probablement pas le SEO classique mais viendront les compléter.
D’ici là, reste à savoir si vous ferez le choix de basculer dans cette ère conversationnelle où encore plus de données personnelles seront partagées avec les GAFAs ?
Yann Sauvageon – Yahn