Comment les médias sociaux influencent-ils le référencement ?

Google +, Facebook, Twitter, Viadéo, LinkedIn… : 77% des internautes français * possèdent au moins un compte sur un des nombreux réseaux sociaux existants. Pour une marque, une bonne stratégie de référencement doit tenir compte de cette nouvelle donne. Eddy Ghaddar, expert Search, décrypte les effets du partage social sur le référencement.

Lorsqu’un article est partagé par les internautes, via les réseaux sociaux, quelle est l’incidence sur le référencement ?

Quand un contenu est partagé par un internaute, cela génère un lien. Il faut savoir que ce lien ne comporte pas l’attribut « follow » – c’est à dire l’instruction « à suivre » – donnée aux moteurs de recherche. Par conséquent, le partage n’a pas d’effet direct dans le classement des résultats de recherche universels. En revanche, un lien tweeté, partagé sur Facebook ou encore « plussoné » (Google +1) permet d’augmenter les « signaux sociaux » relatifs à un site web. Autrement dit, le partage de contenus agit comme une sorte de caution pour les moteurs de recherche, une garantie de qualité accordée à l’éditeur du contenu ou du lien. Indirectement, ceci optimise la qualité au regard des moteurs et permet d’accroitre la popularité.

Donc, concrètement, favoriser le partage ou la circulation d’un contenu a-t-il un réel intérêt pour une marque ?

Même s’ils ne sont pas pris en compte dans les résultats de recherche universels, les signaux sociaux (le partage de contenus) impactent les résultats de recherche personnalisés. Quand un utilisateur de Google + est logué à son compte Gmail, les pages ou contenus de marque partagés ou « plussoné » par ses contacts Google + sont plus facilement remontés dans les SERPs. (search engine results page). Soigner sa présence Google + va devenir un élément incontournable d’une stratégie de « visibilité web ».

Plus globalement, en quoi consiste la stratégie de visibilité ?

Une stratégie SMO (Social Media Optimization) vise à accroitre la notoriété d’un annonceur, d’une marque sur le web. Elle peut prendre plusieurs formes mais les principales sont : la création de blog, la mise en place du partage et une présence sur les réseaux sociaux. En voici les 3 principes généraux :

  • La création d’un blog annexe au site principal d’une marque :
    Les sujets, les contenus, peuvent être connexes ou en lien direct avec l’activité, l’univers de la marque ou les bénéfices. Les «  conversations » contextualisées, comportent alors des liens vers le site principal de la marque. Et cela favorise les interactions avec les visiteurs (via les commentaires par exemple).
    Ces éléments ont un double effet : la création d’un trafic direct ainsi que d’un trafic indirect très qualitatif , via le positionnement dans les SERPs.
  • Le placement des boutons de « partages sociaux » :
    Chaque nouvel article/page permet de diffuser des contenus de façon virale se rapprochant ainsi d’une pratique « linkbait ». Ceci augmente la quantité de « signaux sociaux » relatifs à un site. Et les commentaires peuvent être utilisés comme levier de partage sur les réseaux sociaux.
  • Création d’ « espaces dédiés » sur les réseaux sociaux :
    La création d’une page Facebook ou Google + est plutôt adaptée à une communication de marque, quelque soit les cibles (BtoC, BtoB). Il est alors indispensable d’y associer le compte Twitter d’entreprise. Rappelons qu’en amont de ces « espaces », la marque aura bien entendu définit sa stratégie.On peut noter également, qu’une stratégie d’agrégation de contenus (« curation ») peut également permettre de justifier la présence d’un site sur les réseaux sociaux.

Pourriez-vous préciser le concept de linkbait ?

Nous pourrions traduire linkbait ou Linkbaiting par contenu à hameçonnage, c’est à dire attirer des liens vers son support. Matt Cutts, de l’équipe Search Quality de Google, définit le linkbait comme un contenu suffisamment intéressant pour attirer l’attention des individus et favorisant la reprise donc les liens et signaux sociaux.
Cette stratégie s’appuie sur la production de contenus à forte valeur ajoutée et à caractère viral. La finalité, vous l’aurez compris, étant d’inviter l’internaute à partager un contenu pertinent via un lien hypertexte ou le partage dans les réseaux sociaux.
Le linkbait peut présenter différentes formes de contenus adaptés au secteur, cible(s) allant des tutoriels, interviews, outils, informations exclusives / décalées, des vidéos/photos/infographies ou des contenus interactifs comme des quizz…