Ces dernières semaines, John Mueller et Gary Illyes de Google ont distillé quelques réponses laconiques à propos de la prise en compte des backlinks dans l’algorithme du moteur de recherche. Il s’agit de confirmations que le mode de fonctionnement de Google est différent de ce qu’il était au départ, et que les backlinks sont gérés de manière plus sophistiquée que beaucoup le pensaient…

Mais comme d’habitude, au lieu de clarifier les choses, ces réponses entrent dans la stratégie de communication “Fear Uncertainty and Doubt” auxquels ils nous ont habitué ces derniers temps/

Quelles sont ces confirmations ?

Les backlinks internes et externes sont pris en compte différemment

Dans un tweet du 16 août, John Mueller a confirmé laconiquement qu’il y’avait des différences entre les scores calculés pour les liens internes et externes dans l’algorithme de Google :.

 

backlinks

Si cela n’avait pas encore été confirmé, cela fait longtemps que les experts SEO soupçonnaient Google d’avoir introduit des différences. Tout simplement parce que plusieurs brevets décrivaient des méthodes de ce type pour améliorer l’algorithme, et que cela faisait sens.

On peut même remonter au printemps 2010 pour trouver un changement algorithmique qui semblait lié (entre autres choses) à une prise en compte différente des scores liés aux liens internes ou externes. Avant cette mise à jour, les pages de “gros” sites (même relativement profondes) semblaient pouvoir facilement se positionner devant des sites spécialisés. Après, les classements étaient devenus plus pertinents.

 

Google annule le linkjuice transmis par certains backlinks et… il est impossible de savoir lesquels

linkjuice-backlinks

Gary Illyes a suggéré récemment aux éditeurs d’outils SEO de créer des comparateurs de version mobile vs desktop. Dans cette conversation twitter, Gary précise que comparer les liens serait utile également sauf… qu’il est impossible selon lui pour les webmasters de déterminer quels liens sont critiques.

Gary Illyes fait allusion au fait que Google “annule” le linkjuice de certains liens dans ses calculs de scores. Ce qui est connu depuis un certain temps.

Une opinion que ne partage pas un ex-Googler du service qualité, qui pense lui être en mesure de les identifier. Ce que Gary Illyes a concédé être possible.

Cela signifie donc qu’il existe des moyens de deviner les types de liens dont le linkjuice est annulé… contrairement à ce que Gary Illyes voulait nous faire croire

Une part importante de l’algorithme sur laquelle on sait peu de choses sûres

Même si l’on sait qu’un moteur comme Google tire beaucoup d’information issues des liens pour élaborer les scores utilisés dans son algorithme de classement, et même si l’on observe que les scores de popularité et ses dérivés (trust, authority, quality…) ont un poids apparent fort sur des requêtes concurrentielles, on sait finalement peu de choses aujourd’hui de certain sur le mode exact de prise en compte de ces signaux.

La formule du pagerank s’est probablement fortement sophistiquée depuis 1998. La prise en compte des backlinks également.

Est-ce que cela veut dire qu’on ne sait rien optimiser sur ces sujets malgré tout ?

C’est ce que Google veut nous faire croire, car s’attaquer à ces zones de l’algorithme conduit à exploiter ses points faibles. Mais en réalité, les principes fondamentaux n’ont pas changé et on sait toujours dans quelle direction aller…

Bref, les vieilles recettes, continuent de fonctionner… à condition d’être remises au goût du jour et de comprendre quel est la logique qui sous tend la prise en compte de ces signaux.

Ce sera le sujet d’une des conférences de notre petit déjeuner / conférences du jeudi 14 septembre… Si vous n’êtes pas déjà inscrits, faites le vite, il ne reste que quelques places.