Comme chaque semaine, Search Foresight vous propose son décryptage du meilleur du Search.

Au sommaire cette semaine :

Édito

A la Loupe

Ça vient de tomber !

On a craqué pour…

La Veille

Édito

Pourquoi diantre Google Keyword Planner a-t-il été bridé ?

Depuis une dizaine de jours, l’outil Keyword Planner de Google, qui donne des informations sur le nombre d’impressions par mois sur les requêtes, est officiellement “bridé” : pour les plus petits utilisateurs d’Adwords, plus de chiffres apparemment exacts, mais des fourchettes de potentiel d’impressions : 0, 1-100, 100-1K, 1K-10K, 10K-100K, 100K-1M, 1M+. Nombreux sont les webmasters qui ont accusé Google de privilégier les gros annonceurs au détriment des petits…

Une solution mise en place pour “alléger” la charge sur l’outil ?

Ces derniers mois, de nombreux utilisateurs se plaignaient de lenteurs, voire d’indisponibilités sur l’outil Keyword Planner. CassieH, une employée de Google a confirmé dans un post de la communauté Adwords que ce changement avait pour objectif de bloquer l’accès aux bots qui “scrapent” les données de l’outil. Mais apparemment, l’objectif est aussi de brider l’accès aux utilisateurs qui ont des budgets Adwords faibles, ou des comptes inactifs. Et en particulier, évidemment, les gens qui utilisent l’outil à des fins de SEO, et non pour préparer des campagnes Adwords…

Des données de plus en plus difficiles d’accès…

Ce bridage de l’accès aux données est le dernier événement en date d’une série de péripéties autour du Keyword Planner.

Il y a quelques semaines, on a pu remarquer que l’outil renvoyait des chiffres identiques pour des variantes de mots clés proches, ce qui n’était pas le cas avant. Impossible de comparer le potentiel de variantes pour choisir la meilleure. Certes, il y a un moyen de contourner le problème et, avec les évolutions de l’algorithme, comparer des variantes perd peu à peu de sa pertinence. Mais cela a énervé bon nombre d’utilisateurs des outils de Google.

Certains ont aussi remarqué qu’ils n’avaient plus accès à l’outil sans compte Adwords “actif”. Mais c’était un bug d’après Google et il a été corrigé depuis. Mais finalement, ce bug est réapparu sous la forme adoucie du bridage officiellement annoncé par Google. Notons que ce bug a été consécutif à un autre changement notable : maintenant, il faut un compte Adwords pour accéder à l’outil Keyword Planner, et plus seulement une adresse Gmail ou un simple compte Google.

Quel impact a eu ce bridage ?

Google a été très avare de précisions sur cette nouvelle limitation. Sur quels critères les comptes soumis à ce bridage sont-ils choisis ? Mystère ! A partir de quelles limites l’interrogation des données provoque une réaction du système ? Mystère aussi…

Pour l’instant, dans le cadre d’une utilisation « normale », la plupart des utilisateurs ne s’apercevront même pas du changement. Même pour des petits comptes. Et même pour des comptes inactifs ! (je l’ai testé). Le bridage de l’accès aux données apparaît dès que l’on entreprend de solliciter l’outil de Google de manière insistante et répétée. Et faire ces interrogations depuis un MCC ne vous protège pas :

CassieH : “MCCs can still trigger the limited data view by reaching a limit on the number of searches for search volume data”

Apparemment, la mesure cible ceux qui « aspirent » massivement les données de l’outil sans dépenser de budget Adwords, ce que l’on peut comprendre. Les plus impactés seront donc tous ceux qui « scrapaient » sans vergogne les données de l’outil sans passer par l’API (déjà elle-même bridée depuis longtemps).

Mais c’est un avertissement : l’accès illimité aux données sur les mots clés, c’est fini ! Finalement, c’est peut-être la difficulté d’accéder aux données sur les mots clés qui convaincront les SEO de changer de méthode, plus que la prise en compte des changements de l’algorithme.

Affaire à suivre…

A la loupe

Adwords : L’importation des conversions par appel

Août 2016, il est maintenant possible d’importer des conversions par appel dans Adwords et de les spécifier en fonction du type de conversion. Jusqu’alors, le suivi des conversions par appel permettait un suivi quantitatif uniquement mais pas qualitatif. Aujourd’hui, l’importation des conversions par appel permet de mesurer la valeur de conversion réelle des appels payants effectués à partir des annonces !

SF vous dévoile tout avec l’analyse de Solène, consultante SEA SF →

Le 21 Septembre, la fin des “clics convertis” sur Adwords

Du changement à venir en septembre pour les conversions Adwords, les clics convertis vont être abandonnés par souci de simplification, selon Google. Les « conversions » deviennent donc l’outil de mesure par défaut. Nous pouvons supposer également que cette modification a comme objectif secondaire de valoriser le bénéfice des campagnes Adwords en maximisant la comptabilisation des actions effectuées sur le site.

Retrouvez les conseils de Solène, consultante SEA, sur le blog SF→

Ça vient de tomber !

Google mobile : plus de libellé « mobile friendly » et Popupgeddon en 2017 !

Lancé en novembre 2014, le label « mobile friendly » est attribué aux sites optimisés pour la navigation mobile. Dans son annonce, Google explique que 85% des sites issus des résultats mobiles, sont mobile friendly. C’est la raison pour laquelle la firme de Mountain View aurait décidé de supprimer cette étiquette. En effet, le label manque d’intérêt si tous les résultats de recherche le possèdent… et accessoirement cela permet de gagner quelques pixels pour le SEO 😉

mobile-friendly

La deuxième nouvelle concernant le mobile est la mise à jour prévue pour le 10 janvier 2017. Elle permettra à Google de tracker et de pénaliser les sites dont le contenu n’est pas accessible immédiatement et qui, par conséquent, fournissent une expérience utilisateur de mauvaise qualité. Ainsi, attention aux interstitiels de démarrage intrusifs, qui sont à revoir d’ici la fin de l’année. Cette nouvelle est en adéquation avec l’objectif de Google d’assurer la meilleure expérience utilisateur possible.

 

bad_interstitials

On a craqué pour…

Humour ou réelle bourde de Google ?

tweet
 

Nous avons été amusés d’apprendre que le géant américain a mis 3 semaines pour identifier un bug mondial dans la Search Console. En effet, depuis le 17 juillet, l’état de l’indexation dans la Google Search Console est bloqué pour tous ses utilisateurs ! David Ashworth, SEO Executive chez Return On Digital, l’a signalé dans un Google Post et la réponse de John Mueller, porte-parole de la firme de Mountain View, a été la suivante : “Oh oops. I’m not aware of anything being stuck there, but I’ll check.” Maintenant que Google est au courant, nous sommes rassurés, ils vont pouvoir y remédier. Nous attendons avec impatience la régularisation de ce bug, datant de plus de 5 semaines…

La veille

Google Duo, la nouvelle application de visioconférence

Afin de concurrencer Facetime, WhatsApp et Skype, Google a lancé la semaine dernière Google Duo. Cette application permet de réaliser des appels vidéos en face à face, avec son numéro de mobile uniquement (pas besoin de se créer de compte Google). L’originalité est la fonctionnalité de prévisualisation : l’image vidéo de l’appelant s’affiche avant que vous ne décrochiez, et la qualité vidéo, qui s’ajuste en fonction de la vitesse de connexion. Les autres caractéristiques de Google Duo résident dans un fonctionnement très simple, une accesibilité multiplateforme (tout comme Skype, même si ce dernier est plus utilisé sur desktop) et des conversations chiffrées, comme Skype mobile et WhatsApp.

toc toc OSgoogleduo
 

Google souhaite ainsi concurrencer les grands du secteur de la visiophonie (Facebook, Snapchat, Skype) en proposant son propre outil. Cependant, la stratégie de Google dans les services de communication et de réseaux sociaux n’est pas claire. En effet, la firme de Mountain View a déjà Google Hangouts, application à partir de laquelle on peut effectuer des appels vidéos, et a annoncé la sortie de Allo, une nouvelle messagerie instantanée “plus intelligente”.

Google souhaiterait dissocier son offre d’applications de communication pour les particuliers de celle pour les professionnels. Ainsi, Google Hangouts s’adresserait plus aux entreprises afin de compléter les Google apps (Gmail, Agenda, etc.), étant donné que l’application a un grand succès auprès des sociétés. De là, Google Duo serait plutôt destinée au grand public et particulièrement aux jeunes, dont on sait qu’ils sont de plus en plus nombreux a pratiqué les appels vidéos (30% parmi les étudiants américains).

Google Shopping : nouvelle mise à jour des spécifications du flux de produits !

GoogleShopping_A
Google a actualisé certaines exigences sur le flux des produits des campagnes Shopping. Notons, par exemple, l’augmentation de la taille minimale des images pour les produits non vestimentaires (qui passe de 32×32 à 100×100 pixels). De plus, les attributs « couleur » et « taille » deviennent obligatoires en Allemagne, en France, au Japon et au Royaume-Uni. Et finalement, il sera obligatoire de soumettre une sous-catégorie pour vos produits « Vêtements et accessoires », « Media » et « Logiciel ».

Cette mise à jour est d’une grande importance, surtout si vous avez des campagnes Shopping (à actualiser avant le 1er septembre). Elle traduit le désir de Google d’améliorer non seulement la qualité des annonces mais également l’expérience des utilisateurs.

Les extraits structurés s’affichent de plus en plus en France

Officiellement lancés en septembre 2014, les extraits structurés apparaissent de plus en plus régulièrement dans l’index français. Ce nouveau format d’affichage apparaît sous la Meta description afin de donner des informations complémentaires à l’internaute, et comporte parfois quelques liens internes afin de faciliter la navigation directement depuis la SERP.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Google ne s’appuie pas sur les balises Schema.org pour sélectionner les données pertinentes à afficher. Le moteur se contente d’analyser les tables de données et s’appuie sur des techniques de machine learning pour faire le tri, comme indiqué dans un post publié par la firme en 2014.  Au regard des sites bénéficiant de ce surcroît de visibilité (Wikipedia, Doctissimo, Cdiscount…), on peut supposer qu’il existe également une whitelist constituée à l’aide de techniques de type human learning.

SERPs : une majorité d’internautes ne savent pas repérer les annonces publicitaires !

Une nouvelle enquête conclut que près de 55% des utilisateurs de Google ne savent pas différencier les annonces publicitaires des résultats naturels ! Soit 5% d’internautes de plus par rapport à une première étude similaire menée en février dernier. Ces chiffres sont toutefois à prendre avec précaution car cette étude (échantillon, questionnaire, etc.) reste peu documentée. L’étude en question analyse cette augmentation au regard des récents changements d’affichage dans les SERPs Google. En effet, depuis le début de l’année la disposition et la répartition des résultats dans les SERPs ont été fortement revues : disparition du panneau latéral d’annonces Adwords, apparition d’une annonce supplémentaire avant les résultats organiques et changement des couleurs.

Certains diront que Google cherche à brouiller les pistes, affaire à suivre…

L’utilisation des VPN dans le monde se démocratise…

Le site américain Wired vient de partager une étude menée par l’institut GlobalWebIndex concernant le taux d’utilisation des logiciels de VPN dans le monde. On apprend que 39% des internautes en Thaïlande ont déjà eu recours à un logiciel de VPN, contre 41% en Indonésie et 36% au Brésil. A l’inverse, seuls 6% des internautes japonais et 14% des internautes français ont déjà utilisé un réseau privé virtuel. Côté technique, ces chiffres incitent à la prudence avant de mettre en place des solutions basées sur la reconnaissance de l’adresse IP. Pour rappel, les logiciels de réseaux privés virtuels (VPN) permettent de contourner les blocages géographiques ou encore de changer d’IP, des fonctionnalités utiles pour complexifier son identification sur les réseaux et éviter la censure.

Adwords : YouTube lance les Discovery TrueView

true
 

Google a mis en place sur YouTube un nouveau format d’annonces vidéos : le Discovery TrueView qui remplace le TrueView InDisplay. Ces annonces vidéos se situent sur les emplacements où les internautes découvrent du contenu et peuvent être diffusées dans l’ensemble de l’inventaire YouTube :

  • les résultats de recherche sur YouTube ;
  • la page d’accueil YouTube ;
  • en superposition sur une page de lecture YouTube ;
  • sur des vidéos YouTube similaires ;
  • sur les sites et dans les applications vidéo partenaires sur le réseau Display Google.

Leur première diffusion sera dans les résultats de recherche pour mobile et la mise à jour a pour but d’améliorer la pertinence de leur diffusion dans les SERPs. Même si cette mise à jour est mineure, ce nouveau format remplit deux objectifs concernant la diffusion d’annonces publicitaires :

  • les rendre accessibles aux annonceurs sur la totalité de l’inventaire YouTube ;
  • améliorer le taux de clics de ces annonces en offrant une meilleure pertinence sur les pages de résultats.