Quand le SEO devient social. Du NetLINKING au NetLIKING.

Google n’est plus une fille facile ! La technique « algorithmique » ne suffit plus…
Tel était le sujet de notre intervention dans le cadre de l’Université des annonceurs EBG qui s’est tenue le 28 mai dernier. Un grand merci à tous les participants qui nous l’espérons ont apprécié cette session.

Pour les autres, revenons en bref sur le sujet :
La technique n’est pas suffisante
Vous passez du temps à optimiser vos balises title, vous avez mis en place un grand chantier de réécriture d’URLs, vous recherchez la densité parfaite de mots clés sur votre site, vous optimisez votre PR sculpting, pire vous renseignez vos méta keywords ! STOP STOP STOP. Sachez que ce travail s’il est (en partie) nécessaire n’est pas suffisant pour assurer la visibilité de votre site sur les outils de recherche. Au délà des optimisations on-page (techniques et éditoriales), le succès d’une stratégie SEO se gagne en travaillant sa popularité (liens entrants mais aussi sa e-reputation et les signaux sociaux associés).
Du netLINKING au netLIKING
Le lien entrant est le principal critère permettant de classer les sites, de les départager. Il est au cœur de l’algorithme de recherche développé par Google et n’a jamais été aussi important. Mais les liens n’ont pas été créé égaux. La quantité n’est depuis longtemps plus critique, ce qui compte c’est la qualité du lien. Les outils de recherche récompensent les liens traduisant une véritable recommandation éditoriale d’un site A vers un site B. Echanges de liens, linking en footer, listing partenaires sans fin ou schéma de linking à trois sites sont des techniques vouées à l’échec. Le lien dans sa dimension technique (le I LINK) n’a aucune valeur seul, c’est la recommandation (le I LIKE) qu’il porte en lui qui compte. Je fais un lien vers ce site car je l’apprécie vraiment. Le netLINKING est mort, vive le netLIKING.
Misez sur le bon cheval : le contenu.
Susciter l’envie de linker/de recommander devient le coeur de toute stratégie SEO. Posez-vous alors une seule question : Quel contenu va faire parler de mon site ? L’accroche est essentielle : humour, scoop, service, outil… Il s’agit de créer un contenu unique, innovant, original et facilement partageable. On parle dans le milieu SEO de contenu linkbait. Et les idées ne manquent pas : Blog sectoriel ou thématique, Serious Gaming, Classement, Awards, Livre Blanc, Baromètre, Sélection, Quizz / Test, Infographics, … Brainstorming et fissa, il faut se remuer les méninges !
Donnez un coup de pouce à vos contenus
Pour favoriser la viralité de vos contenus linkbait, engagez la relation avec les connecteurs (contributeurs et linkers). N’oubliez pas que le linkbait n’est pas un one-shot mais au contraire une stratégie de long terme ayant pour objectif de construire avec les connecteurs une relation gagnant-gagnant. Envisagez votre relation de manière durable et misez sur l’authenticité. Les connecteurs sont autant d’ambassadeurs de votre marque. Soignez vos premiers contacts, personnalisez vos messages, ne négligez aucun contact. Il n’y a pas des blogs VIP et des petits blogs. Il y a des blogs génériques et des blogs de niche. La viralité ne démarre pas nécessairement où on l’attend. Montez une stratégie de linkbait annuel comme l’on monte un plan de communication. Remerciez et impliquez les connecteurs.
Les signaux sociaux, critère SEO « en devenir »
La valorisation de la recommandation (le I LIKE) est le nouvel enjeu des bigs guys du web. Les signaux sociaux (tweets, I Like, …) sont amenés au même titre que les liens à devenir des facteurs entrant dans le classement des sites. Indexation des mises à jour de statuts (Facebook, Tweets, MySpace, Friendfeed, Google Buzz), prise en compte des tweets pour détecter les actualités chaudes (dans le cadre des QDF = Query deserves Freshness), le social est le nouveau terrain d’expérimentation de Google. Matt Cutts, Monsieur WebSpam de Google, nous le confirme dans une interview récente donnée au Journal du Net : « Les principales évolutions de Google viseront notamment à prendre en compte le Web social ». On peut également s’attendre assez rapidement à une prise en compte du nombre de « I Like » Facebook dans l’algo de Google. Larry Page dans une interview donnée au Monde le 21 Avril dernier affirme à propos du système de recommandation de Facebook (vidéo) : « Nous aimerions avoir accès à toutes ces données pour améliorer notre outil de recherche. »
La nouvelle donne du métier SEO
Le référenceur nouvelle génération ne peut plus se contenter d’un discours technique jonglant avec les concepts de PR sculpting ou autres. Il devient de plus en plus un communiquant ayant pour rôle de générer des liens de qualité/des recommandations, des « I Like » vers son site, de fédérer la communauté des connecteurs et plus globalement d’être en charge de l’e-réputation de sa marque.
Yann SAUVAGEON