Après les avoir annoncées lors de la dernière conférence des développeurs de Google I/O en mai 2016, Google lance les tests des premières Android Instant Apps. Ces applications ne nécessitent plus d’être téléchargées sur votre smartphone pour être utilisées : elles sont « streamées » directement sur votre téléphone et fonctionnent comme des sites web.

Google réalise ces tests avec 4 éditeurs d’applications : BuzzFeed, Wish, Periscope et Viki. Le code de leurs applications est revu et déployé en différents modules indépendants, qui seront démarrés séparément, en fonction de la demande de l’utilisateur. Ainsi le mobinaute pourra accéder à une partie de l’application sans l’installer sur son smartphone. Pour profiter de la totalité de l’application, il devra par contre sauter le pas et l’enregistrer.

Ces applications fonctionnent sur la majorité des appareils Android qui utilisent les services Google Play et sur un certain nombre de versions antérieures d’Android.

buzzfeedwish

Des avantages pour les utilisateurs et des opportunités marché

En contournant l’installation d’un fichier et le manque de place sur les téléphones, les Instant Apps sont une aubaine pour les mobinautes et vont permettre de booster le marché des applications. En effet, le marché en déclin, en a besoin : selon ComSore, seulement 49% des américains téléchargent au moins une application par mois. Bien que les applications mobiles soient encore fortement utilisées, leur utilisation se concentre principalement sur les applications les plus populaires (le top 7 des applications utilisées appartiennent soit à Facebook, soit à Google).

Toutefois, plus de contraintes pour les éditeurs

Ces applications fonctionnent comme des sites web ou des web apps et dépendent donc de l’accès au réseau de l’utilisateur. Ainsi, les développeurs doivent fortement réduire la taille des APK pour pouvoir rapidement être « streamées ».

Par ailleurs, des éditeurs d’applications voient d’un mauvais œil le fait de ne plus devoir télécharger de fichier avec ces Instants Apps. Cela couperait le lien qu’ils ont avec l’utilisateur quand une application est sur son smartphone, ce qui permet de les fidéliser : il est en effet plus possible d’envoyer de notifications et la probabilité de réutiliser l’application est moins assurée.

A l’heure d’aujourd’hui, les tests de Google sur ces Instant apps ne sont pas encore concluants, d’après les essais des Numériques. Néanmoins, si vous avez un projet d’application mobile, vous avez au moins le choix sur le type d’applications à développer entre le format classique, l’Instant App, qui est très poussée par la firme de Mountain View, et la Progressive Web App, autre format que nous vous avions présenté il y a quelques semaines.

N’hésitez pas à contacter votre expert ou agence Search afin d’échanger sur un éventuel projet.

 

Virginie Varaigne @VirginieVrg