Après le système de paiement au clic (pay per click) ou à l’appel (pay per call), voici venu le temps du système publicitaire rémunéré à l’action.

Du moins c’est ce que Google est actuellement en train de tester sur son offre de liens contextuels.

Le principe est simple : Basé sur le modèle de l’affiliation où les sites sont rémunérés en fonction des ventes générées, le pay per action propose une rémunération non à l’achat mais à l’action ou a la conversion. Ce qui peut se traduire par un abonnement à une newsletter, une demande de documentation ou une vente…

En d’autres termes, l’annonceur pourra clairement mesurer son ROI basé sur les conversions générées et non sur un nombre de clics ou une mise en relation téléphonique.

Un système plus attrayant pour les annonceurs qui pourront alors mesurer réellement l’impact de leur investissement et ne se verront plus facturer des clics sans intérêts.

L’avantage par rapport au modèle au CPC est également lié à un phénomène qui court actuellement et dont les moteurs tentent tant bien que mal de se prémunir : la fraude aux clics.
Il est clair que par ce système, Google entend développer son offre de liens contextuels adSense qui rencontre moins de succès que les Adwords et lutter également contre les clics frauduleux qui dans ce cas n’auront pas d’influence.

Cette offre peut en effet se révéler très attrayante pour les sites de e-commerce mais également pour les sites qui proposent des services et qui souhaitent récupérer des entrants. Assurément un site qui sait travailler son ergonomie et ses pages d’atterrissage pourrait en tirer avantage.

Mais l’enjeu reste le positionnement et la visibilité des annonces. Il faut évidemment que celles-ci soient en rapport avec le contenu pour générer du trafic et qu’elles soient visibles.

Toutefois, Google n’invente rien, comme le fait remarquer Henri Labarre, puisqu’il s’agit simplement du principe de l’affiliation.

En complément d’autres actions de trafic, l’affiliation permet de créer des portes d’entrées vers son site, de maximiser ses ventes et de développer son maillage.
Mais l’inconvénient majeur réside dans le fait que l’on ne maîtrise que partiellement cette action de communication et les sites affiliés peuvent, du jour au lendemain, décider de ne plus promouvoir votre site. L’affiliation reste une action de court terme et il est nécessaire de mener des actions de long terme en parallèle (référencement, netlinking) pour développer son trafic dans la durée.

Dans la même logique, le nouveau moteur de recherche Accoona propose également une offre similaire dans l’interview donnée au journaldunet. Face au monopôle de Google sur le marché du pay per clic, il fallait bien innover et le moteur propose un système de « coût au contact qualifié ».

Laura