Annoncée le 12 décembre et prenant effet le 22 janvier, l’évolution des modalités de service Google en Europe fait suite à la mise en application du Règlement Général pour la Protection des Données (RGPD). Publiée en 2016 et en vigueur depuis mai 2018, cette directive européenne entend réguler la collecte et le traitement des données à caractère personnel.

bandereau rgpd

Dans le viseur des organisations européennes, le moteur de recherche transfère la responsabilité à son siège irlandais. Dublin deviendra au 22 janvier le fournisseur officiel de ses services en Europe, comprenant Google Drive, YouTube ou Gmail.

les bureaux de Google en Irlande

Au programme, trois changements importants impacteront les utilisateurs européens :

  • Le relais de service change de main : les différents services du géant californien seront désormais délivrés depuis l’antenne irlandaise. Les utilisateurs seront notifiés des changements de conditions d’utilisation et d’une évolution de la politique de confidentialité.
  • La responsabilité légale du traitement des données personnelles en Europe incombera également au siège irlandais. Aussi, devra-t-il répondre devant les plaintes des gouvernements relatifs à la protection de la vie privée.
  • Surtout, ce transfert de responsabilité mandate Dublin de la mise en conformité face aux lois applicables à la protection de la vie privée sur le marché européen. Dans son annonce, Google explique notamment que ce changement facilitera la collaboration avec les autorités européennes.

Cette annonce fait immédiatement suite à une plainte déposée dans 7 pays membres accusant Google d’avoir contourné la RGPD. En cause, la fonction de localisation. Pour le Bureau européen des Unions de consommateurs (BEUC), Google est coupable de désinformation auprès de ses utilisateurs quant au procédé de désactivation du suivi de position.  Si les plaintes sont reconnues par les tribunaux, le moteur de recherche risque une amende de plus de 4 milliards de dollars.

L’annonce du glissement de responsabilité vers l’Irlande pose ainsi question : est-elle le signe d’un changement de paradigme de Mountain View ou une manière de calmer le feu des autorités européennes ?