Don't be evil… about Google

J’ai souvent la dent dure contre les GAFA en général, et Google en particulier, et je ne suis pas toujours le dernier à dénoncer leurs abus et leurs dérives.
Mais qu’on ne compte pas sur moi pour faire du « Google Bashing » systématique et pour dire n’importe quoi sur la firme de Mountain View.
Or c’est un peu ce qui vient de se passer avec tous les médias qui ont relayé une info de Gizmodo indiquant que Google avait renoncé à sa devise « Don’t be evil ».
Un peu de fact checking s’impose…

Une « affaire » lancée par un article de Gizmodo

Une journaliste du journal en ligne Gizmodo (Kate Conger) a remarqué que Google avait changé le contenu de sa page « code de conduite ». Et a publié l’info sous le titre « Google removes « don’t be evil » clause from their « code of conduct » clause ». Et en sous titre « evil is fine ».
Dans la foulée, un grand nombre de médias ont relayé l’affaire sans vérifier l’info. Voila un florilège des titres repris dans la presse francophone en ligne :

  • Google tire discrètement un trait sur son célèbre slogan « Ne soyez pas malveillants » (Huffington Post)
  • LES CONSPIRATIONNISTES VONT S’EN DONNER À COEUR JOIE : GOOGLE SUPPRIME SA CÉLÈBRE DEVISE « DON’T BE EVIL » (Capital.fr)
  • Google a retiré le slogan « Don’t be evil » de son code de conduite (Numerama)
  • Google change de slogan et abandonne « Don’t be evil » (C|Net France)
  • etc. (il y’a eu des dizaines de titres du même genre)

Problème : le « don’t be evil » est toujours là ! 

En fait, si on regarde la page qui a attiré l’attention de Gizmodo, le slogan « Don’t be evil » est pourtant bien présent dans le texte. Certes, il n’est cité qu’une fois (au lieu de plusieurs dans les versions précédentes), dans la conclusion, mais il est bel et bien là !

Dans l’article de Gizmodo, la présence du « Don’t be evil » dans le texte, et dans la conclusion est bien signalé. Mais le contenu de l’article est tellement orienté pour justifier la thèse que ce changement reflète la volonté de Google de masquer le motto « Don’t be evil » pour pouvoir mal agir que la plupart des lecteurs (y compris les journalistes) ont retenu la thèse sans les challenger.
Ce qui est intéressant, c’est de voir Google être victime d’un type de fake news qu’ils ont été accusés de diffuser trop facilement sans contrôle. On peut voir que depuis quelque temps, Google multiplie les initiatives pour filtrer les fake news et faciliter le fact checking (comme dans la denière version de Google News).

La fonctionnalité de Fact Check sur Google News US

La réalité : du slogan moral à un code de conduite éthique 

Si on lit attentivement la nouvelle rédaction du code de conduite du groupe Alphabet, ce que l’on voit c’est un glissement subtil d’un slogan moral : « Don’t be evil », à un code de conduite éthique, parce que c’est plus applicable par les employés au quotidien. C’est aussi ce que l’on trouve dans l’expression « do the right thing » qui apparait aussi dans le code de conduite d’Alphabet depuis 2015.
Donc le code de conduite donne des éléments de plus en plus précis à respecter par les employés de Google, dans leur activité quotidienne.
Et si on lit la conclusion de la page actuelle, il est difficile d’affirmer sans mauvaise foi que Google a cesser de promouvoir une conduite éthique, et sûrement pas que « evil is fine ».
Bref, c’est une fake news, et dans ce domaine aussi : don’t be evil, et ne relayez pas les fausses informations, s’il vous plait.
On a déjà assez à faire avec les vraies infos préoccupantes concernant les GAFA.
L’ancienne version du code de conduite
La nouvelle