Deux news récemment largement diffusées par la presse me sont apparues comme un signe que, vraiment, la mauvaise réputation des experts SEO commençait à poser un réel problème !

C’est un sujet vieux comme la profession, mais à l’heure ou d’autres disciplines du web marketing se structurent et se professionnalisent, force est de constater côté SEO on ne voit rien venir de sérieux. Toutes les tentatives de « chartes de bonne conduite » ont échoué, faute d’une organisation assez légitime pour l’imposer. Et ceci, en France et dans le monde.

Les SEOs à l’origine de la majorité des hacks sur les sites web ?

Si l’on en croit les dernières statistiques de Sucuri, la principale motivation des hackers pour attaquer un site web, c’est le SEO !
Voila une nouvelle qui va alimenter la querelle entre les « black », les « grey » et les « white » hat, mais c’est surtout une très mauvaise nouvelle pour l’industrie. Car cela prouve que de plus en plus de webmasters sont impactés négativement par le comportement de certains, et tout cela pour gagner quelques backlinks.

Combien de temps l’écosystème web va-t’il tolérer ce genre de pratiques sans réagir ? Pas très longtemps à mon avis.

Le problème, c’est que même si je n’ai pas l’impression de faire le même métier que ces sagouins, cela s’appelle aussi du SEO. Et dans l’esprit des propriétaires de site, c’est la même chose. De plus en plus de gens font l’amalgame : SEO = hackers et SEO = spammers. Et vu le développemennt continu des mauvaises pratiques dans le monde, cela devient un vrai sujet de préooccupation : la réputation de notre métier, déjà problématique, devient exécrable.

Quand les autorités se saisissent du problème

En Australie, en France comme aux USA, il y’a d’autres comportements qui posent problème : ce sont les pratiques commerciales des agences. Aux US, les entreprises sont harcelées par des automates d’appel de sociétés qui cherchent à leur vendre du SEO. Elles ciblent essentiellement les PME, qui, signent sur de fausses promesses d’accroissement du trafic et des ventes. Et évidemment, ces agences SEO qui sont souvent composées de plus de commerciaux que de consultants, ne délivrent pas les résultats escomptés.

Kate Cansell, ASBFEO, 

En Australie, le « défenseur des droits » des PME, Kate Cansell, a appelé de ses vœux une nouvelle législation pour empêcher certaines agences SEO d’escroquer plus d’entreprises. Elle a qualifié l’industrie du SEO en Australie de « champ de mines rempli de gens aux pratiques douteuses ». Entre autres gentillesses.

Est-ce mérité ? Certainement.

« Oui mais », me direz-vous, « cela se passe en Australie. En France c’est différent ». Vraiment ?

Combien d’entreprises en France ont eu une mauvaise expérience avec une agence SEO ? Combien, alors qu’elles auraient besoin d’optimiser leur site, renoncent, de peur de se faire escroquer, ou de payer cher pour ne pas avoir de résultats ?

Franchement, il est grand temps que la profession se saisisse du problème et fasse des efforts pour redorer son blason, car toutes ces mauvaises pratiques empêchent le développement de notre industrie.

Le SEO Campus approche, cela sera, j’espère, un sujet de discussion entre nous.

Sinon, tôt ou tard, d’autres feront le ménage à notre place… et cela ne nous plaira pas du tout.

L’étude Sucuri sur la sécurité des sites

L’article du SEJ commentant les propos du médiateur des PME (ASBFEO)