Chaque semaine, Search Foresight vous propose son décryptage du meilleur du Search… Mais pas que !

Au sommaire cette semaine :

Édito

A la Loupe

Ça vient de tomber !

On a craqué pour…

La Veille

Édito

Les featured snippets vont-ils (enfin) être complètement déployés en France ?

Les featured snippets, ou extraits optimisés, ces réponses à des questions simples du style « qu’est ce que ? », « qui », « quand », « comment » etc., fortement mises en avant sur les pages de résultats de Google, ont d’abord fait une apparition remarquée sur Google.com en anglais.

Depuis début avril 2016, ils sont apparus sur de nombreuses versions locales de Google : pages anglophones, russophones, hispanophones, germanophones. En français, pas d’explosion. Le pourcentage de requêtes faisant apparaître des featured snippets est resté à un niveau très bas, atteignant aujourd’hui 0,5% sur Google.fr, contre presque 3% sur Google.de.

Pourquoi ?

 

 

featured-snippet-indice-boursier

Un exemple de featured snippet sur Google.fr

 

Un déploiement tardif généralisé sur la version française ?

Dans le passé, les mises à jour et évolutions de Google, lorsqu’elles n’étaient pas déployées d’un coup au niveau mondial, étaient souvent déployées par groupe de locales successives : pays anglophones d’abord, puis reste du monde. Ou pays anglophones, groupe de pays prioritaires, et reste du monde. Et Google.fr se retrouvait souvent dans ce groupe prioritaire.

C’est de moins en moins souvent le cas. Les mises à jour sur la recherche locale, par exemple, sont toujours déployées tardivement en France. Et on a pu le constater sur d’autres updates : la langue française et les versions des pays francophones ne sont plus toujours prioritaires.

Est-ce grave ? Franchement, non. Et même si je me perds en conjectures sur les raisons qui poussent Google à traiter tardivement ses versions francophones dans certaines circonstances, sur un plan pratique, il n’y a pas de conséquences. Au moins, on sait à quoi s’attendre des mois à l’avance et on peut s’y préparer tranquillement…

Ci-dessous, l’évolution de la fréquence d’apparition des featured snippets sur Google.fr : la courbe est plate.

edito-serp-insights
Par contre, sur Google.de ci-dessus, leur nombre a explosé et augmente rapidement.

Les featured snippets, une opportunité… pour bientôt.

Car, si aujourd’hui ces blocs sont rares dans les pages de résultats, c’est avant tout parce que cette fonctionnalité est limitée en français aux questions appelant des définitions. Mais déjà, entre avril et août 2016, la fréquence des featured snippets a été multiplié par 5 ! Si la fonctionnalité était déployée sur tous les autres types de « questions », on peut s’attendre à un bond jusqu’à une fréquence de 2 à 3%, si elle est comparable à d’autres locales, hors pays anglophones. Un tel déploiement aurait beaucoup plus d’impact sur le trafic envoyé par le moteur de recherche qu’une update Phantom, beaucoup plus que la mise à jour de vendredi dernier.

 

 

edito-rank-ranger

Comparaison de la fréquence d’apparition de certains blocs dans les différentes locales de Google

En attendant, cela vaut le coup de s’y préparer, car pour être sélectionné comme source de réponse pour un featured snippet (et rappelons que pour une fois, la source est citée, avec un lien renvoyant vers votre site), il suffit :

  • que votre site ait de l’importance et/ou de l’autorité ;
  • et de disposer d’un contenu adapté, correctement formaté, sous forme de questions/réponses.

Être sélectionné, cela signifie passer, par exemple, de la position 5 à la position zéro, et si le contenu n’est pas complètement affiché dans le bloc, voir le CTR exploser, et le trafic envoyé aussi ! Bref, surveillez les SERPs dans l’attente de nouveaux featured snippets sur Google.fr. En attendant, je suis comme Soeur Anne, je ne vois (presque) rien venir.

A la loupe

Google Analytics Insights : un sacré coup de pouce pour votre business !

Google vient d’annoncer sur son blog une nouvelle fonctionnalité dans votre outil Analytics : baptisée “Insights”, elle vous propose une analyse intelligente de vos données et des recommandations à mettre en œuvre pour booster votre trafic. Pas encore impressionnés ? Alors précisons que ces Insights sont découverts et générés automatiquement ! La firme a mis ses experts en machine learning sur le coup et le résultat promet d’être intéressant… et surtout très utile ! Toutefois, il faudra un peu de patience car les Insights ne sont pour le moment déployés que pour les utilisateurs anglophones et en version mobile uniquement.

SF vous dévoile tout avec l’étude de Laurie, ingénieure SEO SF →

Les enchères par appareil sont de retour sur Adwords !

Google l’avait annoncé en mai 2016 au May’s Google Performance Summit et cette annonce avait été très bien accueillie par l’ensemble des acteurs du Search Advertising qui attendait cela depuis 2013. Notre manière d’accéder au Web ne cesse d’évoluer et nous nous connectons de plus en plus sur différents appareils au cours de la journée. Cette évolution a incité Google à revenir sur les enchères par appareil, celles-ci sont disponibles en France depuis début septembre sur l’ensemble des comptes Adwords.

Découvrez comment intégrer cette nouveauté dans vos campagnes grâce à Christophe, expert SEA SF→

Ça vient de tomber !

BingAds franchit la barre des 20% de PDM au Royaume-Uni

bing-20-percent-UK-market

Vendredi dernier se tenait le Brighton SEO, l’une des grands-messes de la communauté Search. Entre deux conférences et trois petits fours, BingAds a annoncé qu’il représentait dorénavant 20% de la recherche en ligne britannique. Pour fêter l’événement, un lâché de ballons a même eu lieu, preuve que le challenger ne se dégonfle pas face au leader.

Si ce chiffre peut surprendre, l’échantillon d’utilisateurs Bing s’est incontestablement élargi. En France, le réseau comptabiliserait  ainsi 12,4% de PDM (Yahoo et AOL inclus). On profite donc de ces nouvelles pour mettre en avant les outils proposés par Microsoft, et notamment son Keyword Research Tool, une alternative de plus en plus crédible à l’incontournable Google Keyword Adplanner.

 

 

On a craqué pour…

On est en 2016 et tu n’as pas de Bomber ??

fashion-trends-google-bomber-retail-sfGoogle diffusait fin août son dernier rapport Fashion Trends 2016, une analyse qui révèle les tendances dans le domaine de l’habillement aux États-Unis et au Royaume-Uni, entre mai 2014 et mai 2016. L’étude nous dévoile les pièces incontournables de la rentrée, mais aussi les « fashion faux-pas » à éviter. Une donnée intéressante pour les retailers et e-commercant afin de faire corréler leur catalogue produit et les tendances de recherche pour créer du contenu dédié.

Les tendances principales Mode & Style à mettre en avant dans votre catalogue produit :

Les recherches en croissance soutenue, valeurs sûres pour le reste de l’année : Le pantalon de motard et le jean déchiré.

Les tendances mode de saison, revenant régulièrement : la robe kimono, la combi-short ou “romper”, la robe tee-shirt, le blouson aviateur ou “bomber”, le manteau gilet ou “coatigan”. Avec des recherches en augmentation depuis 2015, le style military chic remporte un franc succès cette année, et plus particulièrement le blouson aviateur, ou “bombers”  (hausse de 297% au mois d’avril, et 612% d’une année sur l’autre). Les modèles en satin, en soie, roses, avec des motifs floraux ou encore brodés, sont privilégiées.

Les requêtes en forte augmentation ces derniers mois mais qui ne seront certainement pas suivies : le body, le top à lacets, le soutien-gorge triangle en dentelle ou “bralette”, les tenus accordées, les robes à imprimé traditionnel africain. Le style free-spirited, notamment le top épaules dénudées est ainsi une recherche qui a enregistré une hausse de 261% sur le marché britannique et 347% sur le marché américain de décembre 2015 à mai 2016.

Autre constat dressé par l’étude, l’influence grandissante des personnalités sur les tendances mode actuelles. Les recherches de produits mode sont ainsi largement associées aux stars l’ayant porté, tel que Kanye West pour le blouson bomber, Kendall Jenner ou Michelle Obama pour le top épaules dénudées, ou encore Taylor Swift pour la combishort.

Les tendances en déclin dans les recherches, et donc à oublier : on peut enfin dire adieu aux pantalons de jogging sarouels ou “drop crotch”, aux jeans délavés, aux robes “babydoll”, aux corsets minceurs, aux robes nuisettes aux jupes asymétriques ou en suédine…. Chers retailers, vous pouvez d’ores et déjà prévoir les redirections nécessaires sur ces pages produits !

La veille

La semaine dernière, Google a annoncé qu’il était maintenant possible d’ajouter des extensions sitelinks directement au niveau du compte, au lieu de devoir le faire campagne par campagne.

Les sitelinks sont des liens directs venant enrichir la présentation classique d’une annonce dans les résultats de recherche Google. Ils ont pour objectif de faciliter l’accès des moteurs à certaines pages du site, comme les pages les plus stratégiques ou recherchées, en ajoutant des liens vers ces pages sous les annonces. Ils sont généralement réservés aux pages d’accueil et aux sites dans les premières positions ainsi qu’à ceux en bas de la première page.

médor
Les liens annexes peuvent contenir jusqu’à 25 caractères dans la plupart des langues. Sur smartphone, jusqu’à 4 sitelinks peuvent être affichés, en plus des descriptions des pages associées, si elles ont été fournies. Quant aux ordinateurs et tablettes, les annonces peuvent mettre en avant de 2 à 6 extensions de liens.

Pour les annonceurs, cette évolution est un gain de temps. En effet, au lieu de devoir intégrer les sitelinks au niveau des campagnes, l’intégration au niveau du compte va permettre une intégration simple et rapide à l’ensemble des campagnes d’un compte. Toutefois, le détail des performances de chacune de ses annonces est toujours accessible sur Adwords.

 

Carton ROUGE aux usurpateurs d’identités de personnes décédées !

Nous avons été scandalisés de découvrir que certaines personnes sans scrupules volaient l’identité de personnes décédées – nom, prénom et photo de profil – afin de laisser de faux avis sur les listings Google My Business.

En effet, William Rock, un commerçant inscrit sur Google My Business, a souhaité vérifier la provenance de certains de ses avis négatifs et s’est rendu compte que celui posté par Emma Aronson, il y a 3 semaines, ne pouvait qu’être faux, étant donné que la jeune femme était décédée 1 an auparavant.

Cette sombre histoire ne serait pas la première du genre et cela ne renforce pas la fiabilité des avis sur Google My Business. Si votre société ou votre client est concerné par ces “reviews”, n’hésitez pas à y prêter une attention particulière et à challenger certains avis.

 

Si votre Quality Score Adwords est nul… pas de panique !

Google a annoncé que son système de notation des mots clés dans la plateforme de publicité Adwords évoluera à partir de ce mois de septembre. En effet, si jusqu’à présent un nouveau mot clé obtenait systématiquement la note de 6, dorénavant la note attribué sera neutre (ni positive ni négative et indiquée avec un tiret “–“ ). Mais pas de panique : cette nouvelle notation n’influencera pas le système d’attribution du Quality Score. La note définitive sera, comme auparavant, attribué au cours des jours suivants suite à l’activité enregistrée par les mots clés.

null-quality-score
Il faudra cependant faire attention à vos rapports et règles automatiques. Car, si vos rapports utilisent des filtres de Quality Scores, vos nouveaux mots clés risquent de n’être pas pris en compte.  Google recommande de vérifier vos rapports automatiques, règles, filtres et scripts qui utilisent le Quality Score comme maître étalon.

Pour ceux qui s’en souviennent, ce n’est pas le premier changement dans le système de notation du Quality Score : en juillet 2015, Google décidait d’assigner un Quality Score par défaut, qui devrait faciliter le calcul de certaines de ses métriques.  Et avant cela, Adwords calculait le Quality Score de départ en fonction de la performance du mot clé dans le système Adwords et de votre historique de compte.

Pour l’instant, nous ne pouvons savoir comment cela affectera l’historique de vos campagnes : cela pourrait-il entraîner une baisse du Quality Score de l’ensemble du compte ? Cela est peu probable, car le risque encouru est trop important pour ce changement minime. Search Foresight vous tiendra informés !

Disparition du nombre de résultats dans les SERPs !

Google continue de brider l’information utile aux référenceurs : après la perte des expressions recherchées qui génèrent les visites SEO (not provided) et la suppression des volumes de recherche dans Google Adwords (sauf si vous avez un compte Adwords actif), certains de nos consultants ont constaté la suppression du nombre de résultats de recherche dans les SERPs Google. S’agit-il d’un bêta-test ? Toujours est-il que cette donnée est aujourd’hui utilisée au quotidien par la majorité des experts SEO…

En effet, la commande la plus connue des référenceurs « site:www.domaine.com » ne pourra plus nous indiquer le volume de pages indexées d’un site Web. Le simple fait de connaître le volume de pages que Google indexe et de le comparer avec le volume de pages obtenu grâce à un outil de crawl, vous donne un aperçu de la duplication potentielle de vos URLs ou vous permet de détecter un problème de paramétrage qui générerait des URLs inutiles (spidertrap). Vous pouvez aussi vous en servir pour calculer le volume de pages de vos concurrents et estimer, par exemple, le volume des pages-produit de ce dernier. Par exemple, avec la commande suivante « site:www.domaine-concurrent.com inurl:product », vous êtes en mesure d’estimer la volumétrie des pages-produit des concurrents dont les URLs contiennent le terme « product ».

Enfin, pour évaluer le potentiel d’un mot-clé, nous analysons également le rapport entre le volume de recherche d’une expression et le nombre de résultats pour cette même expression. Ainsi, nous sommes en mesure de donner un indicateur sur l’opportunité de prioriser un mot-clé : par exemple, dans le cas où son volume de recherche semble intéressant, en le mettant en parallèle avec le faible nombre de résultats des pages répondant à cette requête.

En résumé, si cette évolution est confirmée, les SEO vont encore perdre une information extrêmement utile. Rassurez-vous, les évolutions du moteur de Google sont aussi le quotidien des référenceurs qui sauront rebondir et trouver d’autres indicateurs pertinents pour mener à bien leurs analyses.

google-search-live-coverage-carousel
Publier vos actualités directement en haut des SERPS, vous en rêviez ?  Ce sera bientôt possible via le Search Live Coverage Carousel ! Google vient d’annoncer le lancement d’une version pilote à laquelle vous pouvez candidater via un formulaire. De quoi s’agit-il exactement ?

Comme son nom l’indique, Google proposera un carrousel d’actualités directement alimenté par les éditeurs de contenus via un système de flux. Pour ce faire, ceux-ci devront répondre à trois conditions :

  • le flux de données devra être au format Atom XML,
  • les contenus devront être au format AMP,
  • les contenus devront être enrichis de données structurées au moyen de schema.org.

Avec celle nouvelle sortie, Google s’attaque à ce qu’on appelle le “real-time indexing” (l’indexation en temps réel) et permet de dépasser le délai d’indexation des sites Web imposé par le classique robot de crawl. Une aubaine donc pour les éditeurs qui auront l’opportunité d’en bénéficier !