Blog

We love Search #4

    Comme chaque semaine, Search Foresight vous propose son décryptage du meilleur du Search.

    Au sommaire cette semaine :

    Édito

    A la Loupe

    Ça vient de tomber !

    On a craqué pour…

    La Veille

    Édito

    Le SEO va mourir ? Vive le SXO !

    Pourquoi introduire un nouveau nom pour le SEO ? Non pas parce que le métier à besoin d’un green washing (certaines pratiques condamnables ou risquées d’une poignée de référenceurs ont, en effet, quelque peu troublé l’image du SEO).
    Non, cela devient nécessaire car il convient de désigner sous un nom différent les approches nouvelles que la révolution en cours en recherche d’information rend obligatoires. Et le nom qui tend à faire consensus est le SXO (Search eXperience Optimization), l’optimisation de l’expérience de recherche.

    Mais qu’est-ce que le SXO ?

    Notre façon de chercher de l’information est en train de changer radicalement. Nous effectuons de plus en plus de recherches en langage naturel, grâce à la recherche vocale. La recherche d’information est devenue conversationnelle, et cette pratique est encouragée par la montée en puissance des assistants personnels comme Siri ou Cortana, mais aussi des chatbots. Et les moteurs ont changé leur façon de répondre : ils veulent maintenant donner directement l’information : Featured Snippets, Quick Answers, Knowledge Graph sont la manifestation de la mutation progressive de Google en « moteur de réponse ».

    Si l’on ajoute à cela les progrès des moteurs en sémantique et l’utilisation de plus en poussée des techniques d’Intelligence Artificielle dans les algorithmes, ces changements amènent à se poser une question : les vieilles techniques de SEO fonctionnent-elles toujours ? Pour l’essentiel, l’expérience prouve que la réponse est oui, mais pour combien de temps encore ? Car une certaine érosion de l’efficacité de ces méthodes est inévitable, compte tenu des changements observés dans les usages de la recherche et dans le cœur des algorithmes.

    Demain, pour continuer à capter du trafic grâce aux moteurs de recherche, il faudra que votre contenu, votre produit, votre service, soit la meilleure réponse possible aux demandes des internautes (selon les critères du moteur). Optimiser les balises title, bombarder une page d’ancres optimisées, cela ne rend pas votre contenu plus pertinent ou plus attractif… La sophistication progressive des critères oblige à un changement d’approche.

    Le SXO : l’optimisation de l’expérience de recherche

    L’optimisation des sites pour les moteurs de recherche (SEO : Search Engine Optimization), doit donc évoluer vers ce que certains appellent dorénavant l’optimisation de l’expérience de recherche (Search eXperience Optimization). Le terme a été popularisé dès 2010 par l’agence SEOworkers. Pour SEOworkers, le SXO est présenté comme une combinaison de SEO et de CRO (optimisation du taux de conversion). Notons que chez Search Foresight cette approche combinée nous a toujours semblé logique et efficace, et une offre SEO+CRO existe depuis 2012.

    A la loupe

    Le Keyword Planner de Bing bientôt en France ?

    Bing_logo_(2016).svg

    C’est officiel, Bing ouvre son Keyword Planner à de nouveaux horizons ! Après les États-Unis en septembre 2015, l’outil est maintenant disponible au Canada, au Royaume-Uni et en Australie. Le moteur de Microsoft annonce aussi de nouvelles fonctionnalités et options intéressantes telles que les parts d’impressions estimées, la concurrence et des recommandations de CPC.

    Rappelons que Bing est actuellement second sur le marché des moteurs de recherche généralistes, bien que sa part de marché reste minime par rapport au géant Google (environ 89 % pour Goliath contre un peu plus de 4 % pour David, à l’international).

    Malgré ce déséquilibre, il est intéressant de garder un œil sur Bing et les autres concurrents car les fonctionnalités et outils qu’ils proposent ne sont pas identiques à ceux de Google ; ils permettent ainsi d’adopter des points de vue alternatifs qui peuvent être utiles à votre stratégie Search.

    A quand une ouverture de ce nouveau service Bing au marché français ? Le Keyword Planner nous permettra notamment de recenser des mots-clés avec une granularité plus profonde et directement en lien avec des produits et/ou des catégories de produits.

    Bing-keyword-planner

    Google, vers le social deep search ?

    Google-rachete-Kifi

    Cette semaine, Google continue ses emplettes avec l’acquisition de Kifi, start-up spécialisée dans la collecte et la recherche des liens partagés au sein d’applications sociales. Kifi est, à proprement parler, un acteur du deep search, dont l’objectif est de recenser et d’exploiter le contenu partagé au sein d’espaces traditionnellement non indexés par Google.

    Selon la communication officielle, cette acquisition permettra d’améliorer le service Google Spaces, un nouveau réseau social collaboratif dédié au partage de contenus et qui tente de concurrencer WhatsApp ou Slack. En effet, depuis son lancement en mai dernier, Google Spaces peine à décoller sur le marché et la firme de Moutain View vise probablement à lui donner un coup de pouce grâce aux équipes de Kifi.

    Au-delà des déclarations officielles, Search Foresight voit dans cette nouvelle acquisition l’intérêt grandissant de Google pour les applications sociales et pour les nouveaux savoir-faire qui y sont associés. Dans une précédente newsletter, nous vous informions du rachat de Moodstocks, spécialiste de la reconnaissance d’images sur mobile ; en rachetant Kifi, le géant Google continue de renforcer ses compétences sur les axes mobile, social et deep search.

    En récoltant plus d’informations provenant du deep Web et, en particulier, les partages sociaux et les bookmarks, Google pourrait améliorer la prise en compte du signal « linking » au sein de son algorithme. Par ailleurs, Kifi ayant développé un moteur de recommandation de contenus, il se pourrait qu’une technologie équivalente soit mise en place dans Spaces afin de mieux exploiter le système de deep linking des applications mobiles.

    Gardons un œil sur Google Spaces, il se pourrait qu’il y ait du changement…

    Google Shopping s’invite dans vos recherches locales !

    C’est tout beau, tout chaud, le service Shopping de Google ne vous lâche plus et s’invite dans vos recherches locales ! Vu pour la première fois pour les magasins IKEA en Allemagne, le phénomène s’est maintenant étendu en France, à d’autres magasins, dans le Knowledge Graph et dans Google Maps.

    Mais de quoi s’agit-il exactement ? Une nouvelle fonctionnalité intitulée « Rechercher des articles dans ce magasin » permet à l’utilisateur d’accéder directement aux produits d’un commerce sans passer par le site Web de celui-ci. Un simple clic et vous atterrissez sur une page de produits estampillée Google, à mi-chemin entre les résultats Google Shopping et Google Maps. Habile stratégie de Google, qui permet à la fois d’améliorer l’expérience utilisateur et de capter plus de clics payants !

    En y regardant de plus près, il s’agit peu ou prou d’une nouvelle mise en forme des LIA (Local Inventory Ads). Déployé fin 2014 sur les marchés US, UK, France, Allemagne, Japon et Australie, ce format publicitaire de type Web to Store permet d’indiquer à l’utilisateur en recherche d’un produit la disponibilité et le prix de vente de celui-ci dans plusieurs magasins à proximité.

    darty-nantes

    Une nouvelle catégorie Médiamétrie pour les Instant Articles

    Ces derniers jours, une nouveauté du côté des audiences recensées par Médiamétrie : son comité Internet vient de voter la création d’une nouvelle catégorie spécifique aux audiences déportées. Il s’agit ici de l’ensemble du contenu publié par les services Instant Articles de Facebook, AMP de Google et autres plateformes de ce type. Prévue pour novembre 2016, cette nouvelle catégorie sera intitulée « agrégat de contenu » et permettra de recenser de façon différenciée l’audience obtenue par le biais de ces nouveaux outils. Cette mesure ne faisant pas consensus parmi les éditeurs de contenus, cette mise en place constitue un bon compromis : ce type d’audience sera séparé des décomptes classiques et ne pourra pas faire l’objet de communications publiques.

    Pour rappel, Médiamétrie est une société indépendante référente en France, spécialisée dans l’analyse d’audience et les études marketing des médias audiovisuels et interactifs. Celle-ci comprend plusieurs comités paritaires dédiés à chacun des types de média (radio, TV, internet, etc.) et composés des principaux éditeurs, diffuseurs, annonceurs et opérateurs français. Créé en 2001, le comité Internet se compose de 28 membres représentant les éditeurs, opérateurs, annonceurs et leurs conseils référents sur le Web. Celui-ci est chargé d’évaluer l’audience française (la consultation des sites et des applications internet, l’utilisation des techniques du Web 2.0 ainsi que le visionnage de vidéos) sur la base d’un échantillon d’internautes représentatifs et en tenant compte des évolutions techniques du Web.

    L’avis de Search Foresight

    Cette prise en compte des contenus déportés par Médiamétrie illustre l’importance grandissante des stratégies de distribution de contenus. Instant Articles, AMP, mais également Apple News, Google Podium, Medium, Snapchat Discover sont autant de plateformes au sein desquelles vos contenus peuvent vivre. Stratégiquement, on observe que le centre de gravité des stratégies d’audience se déplace progressivement du site émetteur de contenu aux plateformes de distribution. L’enjeu n’est plus seulement d’attirer du trafic sur son site mais également de favoriser la distribution et la consommation de vos contenus sur des plateformes tierces. Cela ne va pas sans soulever un certain nombre de questions : le degré de dépendance des éditeurs à ces plateformes, l’impact sur la marque qui se retrouve diluée dans un espace qu’elle maîtrise peu, la monétisation également qui doit répondre à des règles parfois obscures des plateformes. Cette tendance nous donne aussi des signaux sur les possibles évolutions du référencement naturel dans les années à venir : un SEO qui se concentrerait moins sur le site mais plus sur ses contenus et leur diffusion avec des méthodes d’indexation orientées autour d’APIs, de flux.

    Ça vient de tomber !

    Instant Articles dans Facebook Messenger : quelle sera la réponse de Google ?

    instant-articles-facebook-messenger

    Alors que l’AMP est en phase d’être déployé plus largement (sites de recettes et de cinéma, et même sur les sites transactionnels – exemple d’eBay), Facebook fait de même avec l’intégration d’Instant Articles au sein de Facebook Messenger. Cette orientation tactique de Facebook va-t-elle donner des idées à Google. Pourrait-on voir l’AMP envahir d’autres terrains de jeu que les SERPs ? Nous pensons par exemple aux services de messaging pilotés par Google, Hangout bien sûr et plus récemment Allo et Duo.

    Que nous dévoilent ces manœuvres ? La vitesse de chargement et l’expérience utilisateur (satisfaisante) qui y est associée sont à l’épicentre des préoccupations des GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon). Optimiser son temps de chargement, adopter les nouveaux standards de distribution de contenus (Instant Articles, AMP) sont ainsi autant de stratégies à ne pas négliger : elles vont peut-être devenir des must-have pour apparaître, d’une part, dans les SERPs mais, également, dans ces nouveaux lieux de recherche que sont les app messaging, les assistants virtuels et autres chatbots.

    Google sait combien de temps vous passez dans vos magasins préférés !

    Cette semaine est apparue une toute nouvelle fonction dans les SERPs de Google ! Une information qui pourrait passer inaperçue mais qui a de l’intérêt : en recherche locale et sur mobile, Google vous dit combien de temps, en moyenne, un client reste dans votre commerce favori. Cela fait suite à l’affichage des heures d’affluence, apparues il y a environ 1 an dans les SERPs, lors d’une recherche sur le nom d’un établissement (les données proviennent des utilisateurs Android géolocalisés). A première vue déployée sur plusieurs marchés, cette nouvelle fonction intéressera autant les internautes que les propriétaires de commerces ! Cette information, qui peut s’avérer onéreuse ou difficile à obtenir, proviendrait de données de crowdsourcing (nous n’avons pas plus de détails pour le moment).

    On a craqué pour…

    Pokémon Go : un jour je serai le meilleur… acheteur !

    pokemon-go

    Vous avez sans aucun doute entendu parler de la nouvelle tendance Pokémon Go ? Il s’agit d’une application basée sur un système de géolocalisation, qui permet à tous ses jeunes dresseurs de se rendre à un point physique (Google Maps) afin de remplir des quêtes et de gagner de l’expérience. Ce jeu est un franc succès parce qu’il a réussi à faire sortir des millions de nerds américains de leurs chambres mais aussi car il s’agit là d’un nouveau mode de jeu en réalité augmentée !

    Pokémon Go rapporte déjà 1.6 millions d’euros par jour à ses développeurs et ceux-ci veulent étendre leur modèle économique pour faire du sponsoring. Les marques pourraient faire de leurs enseignes physiques des Pokéstops et des arènes de jeu, attirant ainsi de nouveaux visiteurs en contrepartie d’un « coût par visite ». McDonald’s pourrait faire partie des premiers annonceurs… Les 25% d’augmentation en bourse ne sont donc qu’un début pour Nintendo…

    Peut-être dans un prochain article, l’arrivée de Mario Kart Go ?!

    mario-kart-go

    La veille

    Le Wifi gratuit, le nouvel eldorado de la Data !

    Le new yorkais Village Voice jette un pavé dans la mare Google et nous alerte du déploiement par la firme de bornes wifi dans les rues de « la ville qui ne dort jamais ». 7 500 bornes équipées du wifi et de balises bluetooth dernier cri (« beacons ») seront installées à NYC dans les prochaines années (les 500 premières d’ici la fin du mois de juillet). Le projet nommé LinkNYC est porté par le consortium Citybridge, dont la moitié des sociétés appartient à Google via l’entreprise Alphabet !

    La promesse : un des réseaux wifi gratuits les plus performants au monde. Mais cela pourrait ne pas être réellement gratuit tant les données récoltées pourraient être une vraie mine d’or ! Des données gratuites et revendables directement via Adwords ? ou peut-être sous le manteau comme en a été soupçonnée la société Gimbal qui commercialise les beacons ? Ces petits capteurs qui annonçaient une révolution du e-commerce se déploient massivement et pourraient bien devenir les petites mains idéales pour observer les comportements des utilisateurs et déployer un retargeting personnalisé en direct.

    Pour Search Foresight, ce projet (qui n’est pas l’exclusivité de Google – JCDecaux fait de même) promet l’arrivée prochaine dans nos interfaces de données de plus en plus fines, issues des multiples interactions que nous aurons avec les objets connectés. D’un point de vue publicitaire, on peut également penser que la multiplication de ces interactions va nous permettre de résoudre le casse-tête de l’unification des données utilisateurs.

    Moralité : si c’est gratuit, c’est que vous êtes le produit !

    Android, bigger and bigger !

    Google va former 2 millions de développeurs indiens ! La firme initie son programme Android Skilling avec pour objectif de les initier à la plateforme Android et ce, dans les trois années à venir. L’objectif annoncé par Google ? Faire de l’Inde le leader mondial du développement d’applications mobile (Android bien-sûr !).

    Cette initiative confirme la volonté du géant de positionner son OS partout, non seulement sur vos smartphones, mais également sur vos TVs connectées, dans vos voitures, sur vos wearables, etc. Dans ce contexte, l’enjeu Search App (via notamment l’ASO ou l’App-indexing) gagnera en importance !

    SERPs : vers la fin des étoiles ?

    Les étoiles des Seller Ratings vont-elles disparaître dans les annonces Google ? Le moteur de recherche teste l’affichage d’un pourcentage d’avis positifs en remplacement des fameuses étoiles. Ce nouvel affichage concerne les annonces Adwords et a été aperçu au Royaume-Uni, sans savoir encore s’il va être déployé sur d’autres marchés. Cette suppression va-t-elle être adoptée pour les résultats organiques ? Les étoiles ayant un fort impact visuel, on peut craindre une perte de focus au sein des SERPs pour les annonces concernées. A suivre donc le déploiement de ce dispositif en France, tout comme l’impact sur le CTR des annonces.

    Google-fin-étoiles

    Google VS la Commission Européenne

    La commission européenne à la concurrence accuse une nouvelle fois Google ! Après avoir été inquiétée pour son moteur et son OS Android, la firme devra à nouveau prouver sa bonne foi sur deux sujets : les publicités affichées par son moteur de recherche interne et son service de comparaison de prix. La commission considère que Google ferme la porte aux autres régies publicitaires dans le premier cas et le soupçonne, dans le second cas, de favoriser son propre outil.

    Une condamnation pourrait tout de même priver l’entreprise de 10 % de son chiffre d’affaires ! Bras de fer à suivre…

    Prêts pour le Google Podium ?

    Aviez-vous vu les Google Posts mis en avant pour les élections américaines ? Il s’agit du Google Podium : en phase de test, il offre la possibilité à des articles de type « post » d’apparaître en haut des SERPs ! Un twitto vient de confirmer l’extension de cette mise à jour aux entreprises et aux personnalités les plus populaires. Un pas de plus qui laisse entrevoir les intentions du moteur pour la suite… Si vous souhaitez profiter de cette belle opportunité pour booster votre visibilité, la liste d’attente est par ici !

    Google : de nouvelles petites boites pour les Sitelinks !

    Google s’amuse et teste de nouvelles petites boites pour l’affichage des Sitelinks sur mobile. Remarqué ces jours-ci par un twitto, il s’agit d’un nouveau carrousel plutôt ergonomique, du même type que celui testé il y a quelques semaines pour les requêtes associées (« People also looks for » aux États-Unis). Cette nouvelle présentation concerne à première vue autant les résultats organiques que les annonces Adwords. L’internaute pourrait ainsi naviguer facilement parmi les Sitelinks grâce à ce système qui s’adapte bien aux contraintes d’espace de la navigation mobile.

    google-card-sitelinks-test-2016

    Vous avez aimé cet article ?

    Partager sur facebook
    Facebook
    Partager sur twitter
    Twitter
    Partager sur linkedin
    LinkedIn

      Laisser un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      Plus d'articles :

      All articles loaded
      No more articles to load
      Appelez-nous
      Contactez-nous