John Muller nous a gratifié la semaine dernière d’un article concernant la compréhension des dates par le moteur de Google, dont voici les grandes lignes.

Pas qu’un seul critère

Pour commencer, Google ne se base pas sur un seul critère et utilise plusieurs facteurs pour déterminer la date d’un contenu. Toute date visible figurant sur la page elle-même ou les dates fournies par l’éditeur via un balisage structuré en micro-données sont autant d’éléments sur lesquels s’appuie le moteur.

Si Google ne se repose pas sur un seul facteur, c’est parce que tous peuvent être sujets à des problèmes. Les éditeurs peuvent ne pas toujours fournir une date visible et claire. Parfois, les données structurées peuvent manquer, être mal configurées ou réglées sur le mauvais fuseau horaire.

Que faire ?

Pour aider Google à choisir la bonne date de votre contenu vous devez à la fois afficher une date claire, visible et mise en évidence sur la page. Attention, si votre objectif est un positionnement sur Google News, la date et l’heure doivent être placées entre le titre et le texte de l’article.

De plus, vous devez également utiliser des données structurées.  Les schémas datePublished et dateModified avec l’indicatif de fuseau horaire approprié pour les pages AMP ou non-AMP sont là pour cela. Lorsque vous utilisez des données structurées, veillez à utiliser le format ISO 8601 pour les dates, soit année-mois-jour à minima.

Autres best practices

Outre les points ci-dessus, voici d’autres best practices pour vous aider à afficher la date de votre page Web:

  • Afficher quand une page a été mise à jour en dur dans le texte
  • Utiliser le bon fuseau horaire
  • Etre cohérent dans l’utilisation et ne pas utiliser deux dates différentes
  • Ne pas mentionner de dates futures. Pour un événement futur, vous pouvez utiliser le balisage Event
  • Suivre les directives de Google relatives aux données structurées.
  • Résoudre les problèmes en minimisant voire supprimant les occurrences d’autres dates sur la page