Avec la montée en puissance de la recherche vocale et des hauts parleurs connectés, les Cassandre de tout poil reviennent à la charge en annonçant, encore une fois, la mort du SEO. A cela, certains répondent « d’accord, le SEO va mourir, mais il va être remplacé par l’ AEO ».

Mais qu’est-ce que c’est que l’AEO ? Et est-ce que cet acronyme représente vraiment l’avenir du SEO ?

L’AEO ? c’est quoi ?

L’AEO est un nouvel acronyme qui signifie : optimisation pour les moteurs de réponse (answer engine optimization en anglais US). Le concept de moteur de réponse correspond au comportement de plus en plus fréquent de Google, qui face une requête d’un internaute, formulée de plus en plus souvent sous la forme d’une question en langage naturel, choisit d’apporter directement la réponse plutôt que d’afficher 10 liens bleus.

Evidemment, lorsque la réponse peut-être affichée sur un écran, Google choisit aujourd’hui de présenter la réponse ET les liens bleus. Mais lorsqu’il faut « vocaliser » une réponse sur Google Home, et que le moteur pense connaître la « bonne » réponse, alors, il n’est plus question de réciter les 10 liens bleus.

Est-ce que cela est susceptible de changer la face du SEO : la réponse selon moi est clairement OUI. A quelle échéance ? Quelques années encore, parce que les usages mettront du temps a évoluer complètement. Mais à coup sûr, il faut se préparer à changer rapidement de tactique pour capter une partie du trafic de Google. Une partie qui sera de plus en plus disputée car ces nouveaux comportements et fonctionnalités du moteur conduisent Google à garder une part de plus en plus importante du trafic… pour lui !

Nous avons déjà commencé à expérimenter ces nouvelles tactiques chez Search Foresight, et cela s’avère prometteur dans certains cas, et assez rassurant dans la plupart des autres.

Une illustration de ce que permet le nouveau balisage schema.org baptisé « speakable ». Réservé pour l’instant aux contenus en anglais produit par les éditeurs US éligibles.

Mais de quoi l’AEO est il le nom ?

Mais peut-on réellement dire que l’AEO va remplacer le SEO ? Selon moi, pas vraiment. Ce que recouvre aujourd’hui les optimisations pour les moteurs de réponses, ce sont des choses soit basiques, soit pas très bien définies :

– l’optimisation pour figurer en position 0 dans un featured snippet

– la production de skills ou leur équivalent pour les assistants vocaux et les hauts parleurs intelligents

– le balisage schema.org ad hoc pour faciliter la reprise de vos contenus dans le moteur de réponses

– et créer un contenu qui soit la meilleure réponse possible à une question d’un internaute (ça c’est la partie la moins définie : c’est quoi la meilleure réponse possible ?).

Vous me rétorquerez peut-être que c’est déjà pas mal. Et je vous donnerai volontiers raison. C’est un début.

Mais je fais le pari que ce qui succédera au SEO ce seront des tactiques beaucoup plus sophistiquées que celles qualifiées aujourd’hui d’AEO, et que de nouveaux outils vont voir le jour pour améliorer le ROI de ces optimisations.

Aujourd’hui, Google n’a pas réponse à tout !

Est-ce que l’on appellera toujours cela AEO dans dix ans ? Ce n’est pas sûr. Est-ce que l’on continuera d’appeler ces nouvelles stratégies d’optimisation du SEO : j’en prend le pari. L’ AEO restera un sous domaine du SEO, et il est possible que d’autres évolutions des moteurs créeront d’autres espaces où la créativité des gens du digital marketing pourra s’exercer aussi !

Alors est-ce un buzzword ? Non, mais accordons lui l’importance qu’il mérite, nous en sommes aux balbutiements de l’AEO et des changements disruptifs dans les moteurs de recherche.

Si vous voulez en savoir plus sur l’AEO, inscrivez-vous à notre webconf sur le sujet.