La semaine du grand débat des 11 candidats à l’élection présidentielle de 2017, Google a déployé un dispositif informationnel : le programme des candidats est présenté de manière synthétique dans les résultats de recherche. Google aide les internautes à se décider pour l’échéance dans 15 jours mais coupe encore l’herbe sous le pied des sites d’informations en se comportant comme moteur de réponses.

Concrètement une recherche sur le nom d’un candidat / une candidate affiche l’encart du Knowledge Graph habituel, complété par deux sections dédiées à son programme :

  • une « Déclaration relative au programme« , paragraphe résumant sa position
  • ses « Grandes priorités« , trois points-clés du programme

Deux liens pointent vers le site officiel de la campagne de chacun. Le tout est complété par un encart Knowledge Graph « Plus de candidats » qui en liste cinq et permet d’afficher un carrousel complet des onze postulants à la magistrature suprême.

carrousel-candidats-knowledge-graph-google

« OK Google, quel est le programme de [candidat] ? »

Programme-candidat-presidentielle-Poutou-google

Programme d’un candidat à l’élection présidentielle. L’encart « Déclaration relative au programme » disparaît en mobile.

Ces informations sont déclaratives et gérées par les candidats eux-mêmes : bien que certains éléments affichés soient identiques sur leur site de campagne, ils sont synthétisés et parfois inédits. Le fameux « Mais voter pour nous, ça peut changer l’ambiance ! » de Philippe Poutou est exclusif à Google.

Pas de machine learning ni d’automatisation derrière tout ça, comme on le voit avec les Featured Snippets. Google développe des espaces d’expression directe dans les résultats de recherche pour les entités légitimes, comme on le verra davantage cette année avec les Google Posts.

L’internaute bénéficie d’informations directes disponibles sans avoir à choisir un site et y naviguer, notamment à des fins de recherche vocale. La réponse à sa recherche est présentée un clic avant les sites web référencés, qui y perdent alors en trafic… L’orientation de Google vers un moteur de réponses est au bénéfice de l’internaute mais au détriment des sites web.

…et les résultats du premier tour

Comme pour l’élection présidentielle aux USA de novembre 2016, Google propose les résultats directement dans les résultats de recherche : une infographie indique le pourcentage de votes et le nombre de voix pour chaque candidat. Aussi réactif que les médias, Google n’attend pas les résultats définitifs mais compose à partir des résultats partiels (97 %au 24/04) du Ministère de l’intérieur affinés par des estimations de Kantar Sofres. Les internautes les plus vigilants ont pu remarquer que le dispositif était prêt dès dimanche après-midi : l’infographie était présentée avec des scores nuls pour chaque candidat.

Une fois de plus, Google coupe l’herbe sous le pied des sites d’information, et risque d’accoutumer l’internaute à des informations factuelles présentées directement. En effet, entre un site média lent à charger, garni de publicités vidéo et d’habillage voire de Contenus sponsorisés (Taboola / Outbrain) à la qualité douteuse et une réponse donnée un clic plus tôt, parfois précédée de discrètes annonces AdWords, le choix risque d’être simple. Aux médias de relever le gant !

resultats-presidentielle-2017-google

 

Olivier Perbet | @operbet

A lire aussi