Le 27 juin dernier, après une longue procédure, la Commission Européenne à décidé d’infliger une amende de 2,4 milliard d’euros si Google ne changeait pas ses pratiques relevant de l’abus de position dominante dans le domaine des comparateurs de prix.

La date limite fixée par la Commission était le 28 septembre, jour de parution de cette newsletter. On sait donc aujourd’hui quelle réponse Google compte donner aux injonctions des commissaires européens…

Google a déjà fait appel de la décision

Le 11 septembre dernier, Google a annoncé avoir fait appel de la décision. Une longue procédure juridique et à l’issue incertaine s’annonce.

Mais l’appel de Google n’est pas suspensif. Ce qui signifie que Google devait toujours choisir entre payer l’amende record qui lui a été infligée; ou décider de changer ses pratiques en respectant les demandes de la Commission.

La firme de Mountain View a choisi la seconde solution.

Google va séparer son activité Comparateur de Prix de l’activité Search, et crée une nouvelle société dédiée à cette activité.

google-shopping-logo

La première mesure annoncée, c’est la création d’une nouvelle société qui va gérer l’activité de Comparateur de Prix, au sein du Groupe Alphabet.

Cette société sera soumise, selon Google, aux mêmes règles que ses concurrents pour apparaître dans les pages de résultats de Google.

Les PLA ouverts à la concurrence

Les espaces publicitaires jadis occupés par Google Shopping (les « Public Listing Ads ») vont être ouverts à la concurrence. Chaque comparateur de prix, y compris celui d’Alphabet, pourra payer Google pour apparaître sur ces emplacements, grâce à un système d’enchères. Le nouveau carrousel de PLA devrait comporter 10 emplacements.

Pour le moment, la commission n’a pas commenté les mesures annoncées par Google, qui lui ont été présentées fin août. On ne sait pas vraiment si Bruxelles considère ces mesures comme suffisantes.

electric-guitar-google-shopping

De grosses concessions, mais est-ce que cela change vraiment la donne ?

Ce nouveau système, semble remettre Google Shopping sur un pied d’égalité avec ses concurrents, La presse, notamment américaine, note qu’il s’agit de concessions sans précédent pour une société de ce gabarit.

Mais tous les acteurs partent-ils vraiment à nouveau sur un pied d’égalité ? Pas forcément. Après avoir mis en avant pendant des années son propre produit et diminué la visibilité de ses concurrents dans le même temps, Google Shopping est devenu dominant, et génère des revenus substantiels. Ses concurrents par contre ont vu leurs revenus s’effriter, certains ont du fermer, ou se vendre à la casse.

Bref, le système d’enchères mis en place aujourd’hui risque de donner un avantage à la société dont les poches sont les plus remplies. Et cela pourrait être Google Shopping…

Il n’y a plus qu’à attendre quelques mois, et nous verrons bien qui a tiré le maximum de bénéfices du nouveau système, et si les concurrents de Google Shopping ont réussi à se refaire une santé dans ce nouveau contexte.