Google ne dort jamais : on estime à 600 par an le nombre de changements dans l’algorithme du moteur. Les changements structurels sont annoncés des mois à l’avance (index mobile-first), les mises à jour des filtres de l’algorithme (Google Penguin cet automne) plutôt officialisées après des sollicitations de la communauté SEO, et le cas le plus fréquent concerne des micro-changements aux contours flous uniquement discutés entre webmasters et experts. Le début de l’année 2017 est justement riche en soubresauts.

Prévenus depuis le mois d’août, les sites du monde entier ont pu se préparer au Popupgeddon : la présence d’interstitiels gênant l’accès au contenu d’un site mobile affecte son classement dans les résultats de recherche. Les effets tardent à se faire réellement sentir, pendant que Google affine ses critères pour ses prochains passages sur les sites, tout en rappelant que ce n’est que l’un des « centaines de signaux utilisés dans l’algorithme de classement ».

Une mise à jour spécifique au Japon

Bien que Google s’efforce de déployer ses mises à jour simultanément pour tous les pays (annoncé par Gary Illyes récemment), on assiste parfois à des filtres ciblés par pays. C’est le cas du Japon, pour lequel l’évaluation de la qualité des sites a été améliorée afin de favoriser le contenu de qualité, annoncé officiellement par Google sur leur blog pour webmasters japonais. Bien que ce soit le rôle de Google Panda (intégré à l’algorithme), la bonne compréhension des langues complexes par le moteur n’est pas encore aboutie, expliquant peut-être des actions ponctuelles et très ciblées. L’action de Google concerne également les services d’achat de liens (pratique évidemment condamnée par ses recommandations), sur lesquels il y eut de nombreuses interventions propres à des pays uniques dont Buzzea en France.

google-japon

Les réseaux de sites visés

Depuis début février, les administrateurs de PBN (Private Blog Networks – Réseaux de sites interconnectés afin de booster un site principal) signalent une efficacité réduite de leurs dispositifs. L’impression globale est que les nouveaux liens mettent davantage de temps à peser, voire à être pris en compte pour le site de destination. Les SEO « White Hat » n’ont rien remarqué, renforçant l’hypothèse d’une action ciblée contre ces pratiques « Black hat ». A croiser avec un brevet récent de Google renforçant le poids du trafic généré par un backlink pour lui accorder plus ou moins de valeur. La communauté SEO, très friande de noms d’animaux, est déjà prête à la nommer la « Groundhog Update » (Jour de la marmotte aux USA, la Chandeleur en France). Affinage de Google Penguin ou filtre indépendant ?

On ne comptera sans doute pas sur Google pour nous renseigner d’avantage. L’expérience récente de Google Possum en SEO local où les experts ont dû définir les contours du filtre seuls en atteste. Et au-delà des mouvements d’algorithme, les sites restent soumis aux évolutions de la présentation des résultats de recherche : renforcement des Featured Snippets, doublement de la part des AMP dans Google News, miniatures des images issues de la page dans les résulats mobile, recherches associées sous les snippets…