Cela fait plusieurs années que Google a reconnu qu’il était effectivement possible que les classements des pages d’un site soit impactés négativement par la présence d’un grand nombre de liens toxiques pointant vers son contenu. Bref, que le negative SEO était quelque chose qui pouvait exister (en théorie).

Depuis quelque temps, John Mueller, porte parole de Google, multiplie les prises de parole sur le sujet pour expliquer que Google avait évolué, et que les bonnes pratiques avaient changé. C’est vrai notamment depuis Penguin 4.0, avec la mise en place d’un système qui cherche à annuler l’impact des liens plutôt que d’impacter directement les classements.

Le « negative SEO » à base de backlinks toxique est peu susceptible d’impacter la plupart des sites, selon John Mueller

Matt Cutts d’abord, et aujourd’hui John Mueller, n’arrêtent pas de répéter que les tactiques cherchant à faire reculer les pages d’un concurrent en le bombardant de liens toxiques, est quelque chose d’extrêmement rare, en tout qu’il est rare que cette tactique produise des effets.

John Mueller est régulièrement interrogé sur ce sujet, et sa réponse varie peu :

Bref, John Mueller pense que ces tactiques ne doivent pas faire peur aux webmasters.

Qu’en est-t’il vraiment ? En 15 ans d’expérience, j’ai bien été confronté à des clients qui ont fait l’objet de telles attaques. Mais dans un seul cas, j’ai pu mesurer un impact significatif sur la visibilité du client.

Conclusion, même si le « negative SEO » est une crainte assez répandue chez les éditeurs de site et leurs responsables SEO, et même si beaucoup croient que cela peut marcher, en pratique, vous pouvez effectivement écouter les conseils des gens de Google et ne pas dépenser trop d’énergie à traiter des attaques imaginaires ou dont l’impact sera nul.

Je rappelle aussi qu’utiliser une tactique de type « negative SEO » relève de la concurrence déloyale et peut vous attirer des ennuis judiciaires. Et que pour que cela marche, il faut s’attaquer à des sites dont les scores sont faibles et massivement. Bref le ROI de ces attaques peut se révéler très, très mauvais.

Notons néanmoins que d’autres techniques de negative SEO sont elles plus dangereuses, mais je ne les présenterai pas ici ca je ne tiens pas à donner de mauvaises idées à certains de mes lecteurs …

Faut-il désavouer les liens toxiques ?

Par ailleurs, le désaveu systématique des liens toxiques, qui était une pratique courante chez les référenceurs par peur de la pénalité pour liens non naturels, n’est clairement plus d’actualité.

En effet, les porte paroles de Google (Gary Illyes et John Mueller) ont confirmé à plusieurs reprises que l’emploi du fichier de désaveu n’avait pas de sens pour se prémunir contre les effets de Penguin par exemple. Vous ne devez placer des liens dans un fichier de désaveu que dans deux cas :

  • soit parce que vous avez reçu une pénalité manuelle
  • soit parce que vous pensez que les backlinks que vous voulez placer dans un fichier de désaveu sont de nature à déclencher une pénalité manuelle pour liens non naturels si vous ne le faites pas

Du coup, remplir le fichier de désaveu de liens toxiques que vous n’avez pas créés ou manipulés, mais qui sont créés par des scrapers ou des agrégateurs ou tout autre source de liens de mauvaise qualité, ne sert à rien. Pourquoi ? Parce qu’il y’a toutes les chances que Google « annule » le linkjuice transmis par ces liens, qu’il s’agisse de scores positifs ou négatifs.

John Mueller a été plus loin il y’a quelques jours, en déclarant que si un outil « flagge » un backlink comme toxique, alors il est hautement probable que Google l’ait repéré aussi et annule tout seul l’impact de ce lien.

En clair, Google essaie de faire clairement la différence entre :

  • des liens toxiques, mais qui ont été créés par des tiers : Google va s’efforcer de ne pas en tenir compte.
  • des liens manipulés, en violation des Guidelines, qui peuvent causer une pénalité pour liens non naturels

Bref, suite à toutes ces communications et clarifications, soyons moins paranoïaques et arrêtons de remplir les fichiers de désaveu de liens qui ne peuvent pas causer de pénalités pour liens non naturels.