Google a annoncé le 30 mars dernier la fermeture progressive de son raccourcisseur d’URL Goo.gl, lancé en 2009. Cet outil permettait… de raccourcir les URLs, mais aussi de tracker et visualiser les visites engrangées.

Un outil devenu anachronique

Parmi les raisons évoquées pour justifier la fin du support apporté à cet outil, la firme californienne évoque :

  • la multiplication des solutions similaires, portées par des concurrents directs (Bitly, Ow.ly…) comme indirects (raccourcisseurs intégrés d’office par les réseaux sociaux,  par exemple).
  • l’évolution des usages :  systématisation des boutons de partage embarquant un raccourcisseur, domination des applications, évolution des formats éditoriaux, croissance des interfaces vocales et des fonctionnalités de partages associées…
  • le recentrage des équipes sur le service Firebase Dynamic Links, un service permettant notamment de faire des liens profonds depuis un site mobile vers un contenu profond d’une application mobile.

Quel impact SEO ?

Aucun ! Les liens raccourcis jusqu’ici continueront de rediriger vers la bonne URL, il n’y aura donc pas de « liens cassés ». De manière générale, nous préconisons néanmoins de chasser les éventuels liens redirigés (en 301, 302…) ou cassés (404) présents dans la structure de votre site. Cette bonne pratique vous permettra d’améliorer la répartition du Pagerank interne tout en fluidifiant le crawl des robots d’indexation.