Dragonfly, un projet secret de Google pour revenir en Chine ?

Depuis Juillet dernier, les fuites se multiplient chez Google à propos d’un projet secret de Google nommé Dragonfly.
Un projet qui a suscité un certain émoi en interne chez les employés de Google, et qui a suscité des critiques et des interrogations de la part de plusieurs sénateurs américains, et même du Vice-Président US Mike Pence.
De quoi s’agit-il ?

Dragonfly, une version de Google compatible avec la censure du Gouvernement Chinois

Cela fait maintenant huit ans que le moteur Google est banni sur le territoire chinois pour avoir refusé de se conformer aux règles de la censure du gouvernement de la République Populaire de Chine.
Il semble que depuis 2017, des pourparlers aient repris avec le gouvernement chinois pour permettre un retour du moteur américain sur le territoire chinois. Le projet Dragonfly serait donc une version censurée du moteur et des applications android du moteur de recherche.
L’information a fuité en juillet par le biais du journal en ligne « The Intercept », probablement à l’initiative d’un employé choqué d’apprendre ce qui se tramait.
Jusqu’ici, Google a systématiquement refusé de répondre aux questions sur Dragonfly.

Une lettre ouverte a été envoyée le 3 août par 6 sénateurs américains à Google pour exprimer leur trouble à propos du projet Dragonfly

Mais de plus en plus d’officiels américains considèrent que ce projet est réel et réclament des explications à Google. Le Vice Président Mike Pence en particulier a déclaré :
« Google devrait immédiatement mettre fin au développement de l’application « Dragonfly » qui va renforcer la censure du Parti communiste et compromettre la vie privée des clients chinois… »
Le 26 septembre dernier, Keith Enright de Google a confirmé l’existence du projet Dragonfly devant une Commission du Sénat Américain.

Et si Sogou devenait le partenaire de Google en Chine ?

Sogou, le moteur concurrent du moteur leader en Chine, Baidu, a un logo qui est devenu depuis quelques mois plus coloré. Les ressemblances avec le logo de Google sont évidentes

Le CEO de Sogou Wang Xiaochuan a déclaré le 2 octobre dernier qu’il était prêt à aider Google à gérer le problème complexe de la censure en Chine. Sogou est le second moteur en Chine, loin derrière Baidu, mais il grignote régulièrement des parts de marché au moteur leader. Ce challenger ne voit donc pas le retour de Google comme une menace, mais comme une opportunité. Il parait clair que Sogou veut devenir le bras armé de Google en Chine :
« C’est à Sogou qu’il reviendra de traiter avec le gouvernement, de se conformer aux lois et aux règlements « , a déclaré Wang. « Ensuite, les autres services de Google seront fournis en Chine. »
« L’un des moyens serait que Sogou exploite la marque et que Google fournisse les technologies. Si la société Google envisage de travailler avec Sogou, elle obtiendrait probablement de meilleurs résultats « , a ajouté Wang.
Aucun calendrier n’a été annoncé pour un lancement de Dragonfly. Mais le retour de Google sur le marché chinois, avec ou sans Sogou, serait un événement majeur dans le paysage du deuxième marché publicitaire du monde.