Danny Sullivan, l’un des porte-paroles de Google, vient d’annoncer non pas une mais deux mises à jour successives de l’algorithme de classement de Google. La première, une « core update » est encore en cours de déploiement mais on commence à en voir les effets sur les pages de résultats. La seconde a été annoncée hier soir (le 6 juin), et constitue un retour vers une vieille règle que Google avait cessé d’appliquer. Ces annonces sont en soi des premières. Et l’impact de ces mises à jour est important…

Une première : Google annonce une Core Update à l’avance

Google évite en règle générale de communiquer sur ses mises à jour. S’agissant des « Core Updates », les mises à jour du coeur de l’algorithme, ils les confirmaient jusqu’ici a posteriori, et encore, uniquement si elles étaient détectées par les communautés SEO. Là, Danny Sullivan a annoncé la « Core update » de juin à l’avance, le 2 juin, avant même le début de son déploiement le jour suivant.

C’est une première pour une « Core update », mais pas pour l’ensemble des mises à jour : Google annonce à l’avance certaines mises à jour qui nécessitent que les webmasters s’y préparent, comme la « speed update » l’été dernier.

Mais euh… c’est quoi une Core Update ?

Google n’a jamais su communiquer de manière claire sur ce qu’ils appellent des « Core Updates ». Néanmoins, la lecture des commentaires des porte parole de Google sur le sujet permet de comprendre qu’il s’agit d’une modification du « coeur » de l’algorithme de classement, c’est à dire le processus qui permet d’attribuer un score de pertinence aux pages sur une requête donnée. La mise à jour qui a permis l’affichage des « featured snippets » en position zéro n’est pas une « core update », puisqu’elle a modifié l’apparence de la page mais pas les classements. « Site diversity », la deuxième mise à jour de juin, n’est pas non plus une code update car elle modifie les résultats mais pas selon le score de pertinence des pages. Dans l’algorithme de classement d’un moteur, certaines mises à jour concernent les « filtres », c’est à dire des processus qui reclassent les résultats après le calcul des scores de pertinence. L’évolution du filtre Panda, qui a été intégré dans le coeur de l’algorithme (comme Penguin ultérieurement) permet de comprendre la nuance : les critères de qualité ciblés par Panda sont maintenant pris en compte dans le processus de scoring de pertinence et figurent au milieu de tous les autres critères. Avant, les scores liés à Panda étaient calculés de manière séparée, et utilisés ensuite pour « filtrer » les résultats.

L’impact de la Core Update sur un site US heure par heure depuis le lancement le 3 juin (exemple donné sur le compte Twitter de Glenn Gabe)

La Core Update de juin : un impact assez spectaculaire

Il est beaucoup trop tôt pour se faire une idée de ce qui se cache derrière cette mise à jour : nous reviendrons dessus dans quelques semaines, quand nous aurons plus de recul et pris le temps d’analyser des volumes importants de données et de nombreux cas, sans quoi il est impossible de tirer des conclusions utiles.
Mais ce qui est clair, c’est que certains classements ont été chamboulés complètement.

Si on prend par exemple le site du magazine anglais Dailymail, il a immédiatement plongé dans les classements, au profit de ses principaux concurrents (le Mirror et le Sun) qui le remplacent dorénavant en tête des classements. Sur leur compte Twitter, les équipes de Dailymail.co.uk ont confirmé que la baisse de trafic correspondant à cette perte de visibilité est de 50% pour eux, ce qui est énorme.

Comme toute mise à jour du coeur de l’algorithme, son impact est très large et touche de nombreuses catégories de sites différents, à des degrés divers. Voici une première analyse de l’impact, effectuée par l’éditeur d’outils Rank Ranger.

Si l’on en croit ce tableau, les sites « YMYL » (Your Money Your Life) sont particulièrement impactés par cette mise à jour. Rappelons ici que Google essaie d’éviter que des pages diffusant de fausses informations ou une information de mauvaise qualité dès lors que leur thématique touche à la santé, aux finances et à l’intégrité des internautes (ce qu’ils appellent des sites YMYL dans le Guide du Quality Rater).

Notons que comme souvent avant une mise à jour importante, une nouvelle version du Guide du Qualiy Rater vient d’être publiée et que les changements apportés dans sa rédaction pourraient avoir pour objectif de permettre un meilleur suivi de la qualité de la June Core Update.

 

 

La Core Update de juin n’avait même pas fini d’être déployée que Danny Sullivan annonçait une deuxième mise à jour : « Site Diversity ». Le nom est explicite : l’objectif de cette mise à jour est d’augmenter la diversité des sites représentés dans les pages de résultat. Google vient d’instaurer une « nouvelle » règle : pas plus de deux résultats issus du même domaine dans les pages de résultat.

C’est donc un retour en arrière. Rappelons que pendant ses premières années de fonctionnement, Google appliquait une règle similaire : si plus de deux urls du même site étaient sélectionnées par le coeur de l’algorithme de classement pour figurer dans la page de résultat, un « filtre » venait clusteriser les résultats et seul deux urls étaient présentées, le snippet du deuxième apparaissant sous le premier (légèrement décalé). Mais Google avait renoncé à cette règle depuis quelques années et pouvait présenter des pages comportant une majorité d’urls appartenant au même site (notamment sur des requêtes brandées).

Avec l’annonce de Danny Sullivan, c’est donc à un retour en arrière auquel on assiste. Mais un retour en arrière partiel : Google continuera d’afficher plusieurs résultats dans les cas qui lui semblent pertinents.

L’impact attendu de cette mesure est de voir baisser le nombre de clics vers les sites jadis favorisés par des snippets multiples, au profit de pages de concurrents qui vont mécaniquement remonter dans les classements.

Suis-je impacté ? et que faire si j’ai été durement impacté ?

Nous sommes en plein déploiement et les premiers signes de l’impact sur les pages de résultats françaises ne sont apparus que vers le 5 juin, et pas pour tous les sites. Il faut donc attendre quelques jours encore pour avoir des données Search Console utilisables pour analyser l’impact et d’avoir une mesure précise du trafic incrémental gagné ou perdu suite à ces deux mises à jour.

S’il s’avère que vous avez été impacté, il n’y aura probablement pas de mesure miracle à prendre pour récupérer le trafic perdu : les dernières mises à jour comme Medic ou la mise de jour de Mars montrent que les scores qu’il faut améliorer pour retrouver la tête des classements sont multiples et très diversifiés. Dans tous les cas il est trop tôt pour identifier des recommandations utiles à suivre.

Rendez-vous dans quelques semaines pour en savoir plus…