Comprendre et se protéger contre le « negative SEO » ou NSEO

Un sujet chaud d’actualité qui mérite une note full traffic avant les beaux jours.

Que signifie « Negative SEO » ?

Le SEO ou référencement naturel s’appuie, comme précédemment expliqué, sur le triptyque Technique, Contenu et popularité. Quelque soit le secteur d’activité et la taille de la structure, le SEO reste et demeure en quantité et qualité le meilleur levier d’audience pour un site web.
Le SEO doit se construire en respectant les directives éditoriales des moteurs de recherche et plus précisément Google qui domine plus de 80% des cibles géographiques dans le monde. Rappelons une nouvelle fois qu’un référencement durable permet d’asseoir une audience et un business durable.
La popularité SEO est sans aucun doute l’aspect le plus chronophage pour une marque. La popularité s’appuie d’une part sur la quantité & la qualité des liens qui pointent des sites extérieurs et d’autre part sur les signaux sociaux. Sur ce point et sans surprise, Google privilégie les signaux qui viennent de son réseau social Google + avant ceux de Facebook, Twitter…
Les mises à jour successives de l’algorithme de Google, hier Panda et plus récemment Penguin s’attaquent à lutter contre les sites à faible valeur ajoutée, qui emploient les techniques proscrites.
Ces procédés dits ‘blackhat SEO’ s’appuient notamment sur le fait de créer artificiellement une quantité de liens à partir de fermes de liens, de sites peu qualificatifs dont le résultat vise à abuser le classement du moteur de recherche.

Mettons nous un instant du coté obscur de la force pour comprendre le ‘Negative SEO’ ou  NSEO.

Comment utiliser les techniques SEO pour donner l’impression à Google, Bing qu’un site visé (concurrent) semble tricher ? La technique (à condamner) consiste à inscrire le site (concurrent) dans des fermes de liens ou tout autre site que les moteurs pénaliseraient pour donner l’impression qu’il triche.   Au delà de la théorie et des nombreux mythes, cette technique semble (hélas) faire des adeptes comme en témoigne ici un acteur qui fait plonger un site de la 3ème position sur Google à la 14ème position pour 45$.
http://www.tastyplacement.com/infographic-testing-negative-seo

Comment se protéger du Negative SEO / NSEO ?

Comme d’habitude, il faut auditer / analyser ses liens référents avec les outils clés du marché comme celui de Google pour webmaster, Open Site Explorer ou Majestic SEO. Une augmentation massive et soudaine de liens indépendants des actions de netlinking, communiqués de presse, lancement ou actualités particulières de la marque est une première alerte.   Depuis Google Penguin, chaque webmaster attend avec impatience le formulaire promis de Google pour dénoncer, désavouer les liens de ‘negative SEO’. Mais cette fois, c’est Bing, le moteur de recherche de Microsoft qui propose en premier dans son interface dédiée au webmaster la fonctionnalité :
http://www.bing.com/community/site_blogs/b/webmaster/archive/2012/06/27/disavow-links-you-don-t-trust.aspx
Au delà de la belle opération de Com de Microsoft, c’est un vrai outil à valeur ajoutée pour se prémunir contre le négative SEO. Google est donc EN RETARD sur ce point après avoir déclenché la guerre.
Jean Pascal THYS
thys@synodiance.com
Directeur Pôle Formation et Innovation de Synodiance.